Le bras de fer se poursuit entre le groupement de transporteurs de voyageurs mandatés par l'autocariste Dupas-Lebeda et le conseil général du Nord. En cause, l'attribution du marché d'un large périmètre de transport du réseau départemental Arc-en-ciel au groupe Veolia, le 17 mai (Lire notre article "Du rififi dans le Nord".

Le groupement a saisi le tribunal administratif de Lille en référé : il dénonce la décision du département de lui retirer la délégation de service public (DSP)  dans le secteur Cambrésis-Sensée-Escaut. Les transporteurs écartés ont saisi le tribunal administratif pour empêcher le président du département, Bernard Derosier, de confier le marché à Veolia.

Les conducteurs des secteurs concernés se sont mis en grève le 11 mai et certains ont installé une petite pancarte estampillée "Septembre 2010, ce car n'existe plus" sur leur pare-brise. Même si Veolia assure le maintien de leurs emplois, ils craignent de devoir passer à temps partiel car l'offre de transport est réduite dans le nouveau contrat : "Un aller-retour par jour dans certaines communes au lieu de six, faites le calcul", observe Patrice Dupas Lebeda, patron de l'entreprise éponyme.

"Touche pas à mon bus"

 Polémique aussi du côté de la communauté d'agglomération du Douaisis (CAD) : les élus ont lancé une opération baptisée "Touche pas à mon bus" et vont envoyer prochainement un courrier et une carte prétimbrée en forme de pétition dans les 62 500 foyers du Douaisis. A renvoyer au président du département du Nord.

De son côté, Catherine Génisson, députée PS du Pas-de-Calais, s'interroge sur la situation des entreprises de transport de voyageurs Fouache et Finand, membres du groupement. Elle a écrit à Bernard Derosier (PS également) pour le sensibiliser sur une éventuelle baisse "considérable" de chiffre d'affaires qui "fragiliserait dramatiquement ces petites et moyennes entreprises locales". Le tribunal administratif devait statuer le 28 mai.