A Orléans, Keolis va succéder à la Setao, filiale de Veolia Transdev qui exploitait les transports urbains (bus, tramway et vélos) depuis 30 ans, a annoncé le 12 juillet le président de l'agglomération ("AgglO"), Charles-Eric Lemaignen (lire son interview).

Le contrat, d'une durée de sept ans, démarre en 2012, et doit être soumis au vote du conseil de l'agglomération le 18 octobre 2011.
"Après discussions, nous avons retenu Keolis", a annoncé le président de l'AgglO. "Le réseau qu'il propose correspond mieux aux attentes des maires" et "l'offre kilométrique de Keolis était sensiblement plus importante que celle de Veolia", a-t-il ajouté lors d'une conférence de presse.

Selon l'élu d'Orléans, Keolis proposait d'assurer un million de kilomètres supplémentaires par rapport au réseau existant, contre 400 000 de plus pour Veolia.
Ce changement d'opérateur intervient alors que l'agglomération est en pleine construction de sa deuxième ligne de tramway, dont l'inauguration est prévue en juin 2012.

Le nouvel opérateur prévoit également de développer le système de location de vélos longue durée, et de tester deux bus hybrides avec l'objectif de les généraliser sur l'ensemble du réseau.


Aix aussi

Le même jour, Keolis complétait sa victoire orléannaise avec celle d'Aix-en-Provence, en remportant l'appel d'offres du réseau "Aix en bus". Un contrat de DSP sur 8 ans, avec une contribution forfaitaire de près de 23 millions d'euros par an. 
Keolis fait ici une entrée remarquée en Provence Alpes-Côte d'azur, 'fief" de Veolia Transdev. Seul le réseau de transport urbain d'Arles était géré par Keolis.


Nathalie Arensonas (avec Afp)