Retirer un colis acheté sur internet, déposer son enfant à la crèche d'entreprise avant de sauter dans le train, passer chez le médecin ou chez le coiffeur, envoyer un mail urgent, acheter un litre de lait avant de rentrer à la maison : "les gares vont devenir des lieux de vie au cœur des villes", a résumé Sophie Boissard, directrice générale de Gares & Connexions lors de la présentation, le 17 mai 2011, du premier rapport d'activité de la branche de la SNCF.

Créée en avril 2009 pour exploiter les gares dans le cadre de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire international (1), Gares & Connexions a réalisé un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros en 2010 et des investissements à hauteur de 266 milions d'euros pour moderniser les gares (dont 120 millions en autofinancement).
Ouvrir ces nouveaux commerces et services devraient permettre à  la branche de diversifier et d'augmenter ses sources de revenus puisque Sophie Boissard compte investir "4 à 5 milliards" pour rénover "80 sites majeurs". 

Au total, 6 à 7 milliards d'euros doivent être injectés dans les 3 000 gares du réseau ferroviaire national qui voient transiter plus de deux millions de voyageurs par an. La différence doit donc être prise en charge par Réseau ferré de France, gestionnaire des infrastructures ferroviaires déjà écrasé par le poids de sa dette (28 milliards dont dont 20,5 hérités de la SNCF lors de la création de RFF en 1997).