La Fnaut avait tiré le signal d'alarme fin octobre. C'est désormais confirmé : la SNCF va supprimer 7 gares auto-train sur 12. Sont concernés les terminaux de Bordeaux, Biarritz, Brive-la-Gaillarde, Toulouse et Narbonne, Lyon et Briançon, mais également les liaisons transversales comme Bordeaux-Marseille ou Bordeaux-Lyon, a indiqué la SNCF à l'AFP.
En revanche, le service d'auto-train subsiste entre Paris et des gares de l'axe méditerranéen : Avignon, Marseille, Toulon, Fréjus-Saint-Raphaël et Nice.

Le 26 octobre, la SNCF avait indiqué à l'AFP réfléchir à l'avenir de ces lignes, sur lesquelles elle enregistre un déficit de 10 millions d'euros par an. Le chiffre d'affaires a chuté de 13% depuis 2013, et de 70% depuis la fin des années 1970, lorsque l'érosion a commencé. Le service, qui transportait 200.000 voitures au début des années 1980, en a transporté 62.000 en 2016.

L'opérateur public avait également indiqué que, malgré des investissements et modernisations, "ce service n'est pas demandé par les clients". En tout cas, l'enquête réalisée à l'été 2016 par Enov Research montre que les utilisateurs avaient une bonne opinion de l'auto-train avec une note moyenne de satisfaction de 8,6/10, et une note de réutilisation du service, mais aussi de recommandation de 9/10.
 
"Confortable et sûr pour le voyageur, l’auto/train doit être encouragé car il respecte l’environnement. Il contribue à l’aménagement du territoire grâce aux parcours terminaux permis par la voiture et encourage les séjours de longue durée (pour rentabiliser le transport de la voiture), argumente la Fnaut dans un communiqué. Dans la nouvelle organisation, le transport des motos, vélos, planches à voile… est exclu, ce qui pénalise les déplacements touristiques. A ce titre, l’abandon de la desserte du Sud-Ouest Atlantique, des Pyrénnées et des Alpes est impensable."

La SNCF précise qu'une offre de substitution sera proposée, pour un coût similaire voire inférieur : transport de la voiture par camion, ou acheminement par la route avec un chauffeur professionnel ou un particulier.
 
F.G. (avec AFP)