Voilà qui ne va pas améliorer les relations entre le groupe SNCF et la RATP et nourrir des contentieux pour dommages et intérêts. Lundi 30 octobre 2017, en milieu de journée, la RATP a été contrainte de suspendre sine die la circulation des RER de la ligne A entre La Défense et Auber à Paris en raison d'un "incident majeur". En cause, l'invasion du tunnel par de l'eau boueuse en raison d'un erreur sur le chantier de percement d'Eole placé sous la responsabilité de la SNCF.

"Cette interruption du trafic est due à un percement au niveau de Porte Maillot de la paroi du tunnel du RER A, dans le cadre d’un forage préliminaire des travaux conduits par SNCF Réseau, pour la gare Eole, précise la RATP  dans un communiqué diffusé le 30 octobre 2017. Ce percement a entraîné un écoulement important et soutenu d’eau boueuse et de sable qui a noyé les voies sur une cinquantaine de mètres, nécessitant l’arrêt immédiat de la circulation des trains. (...) A 21h00, l’eau continuait à couler, avec un débit moindre."

Des réparations de grande ampleur à effectuer

Les équipes du groupement Bouygues Construction, en charge du chantier Eole pour SNCF Réseau, sont à pied d’oeuvre avec l’aide des équipes de la RATP pour effectuer les travaux nécessaires à la remise en service, en particulier pour colmater la brèche, pomper l'eau et déblayer le sable.

Sur le chantier Eole (dont le premier tronçon avait déjà été marqué dans les années 90 par des accidents de chantiers importants), la SNCF a attribué la construction de la gare de la Défense-Cnit et des tunnels adjacents à un groupement conduit par Vinci tandis que la construction du tunnel foré (6,1 kilomètres de long) et de la gare de la Porte Maillot est assuré par le groupement Bouygues-Eiffage.

"Compte tenu de l'ampleur des réparations à effectuer, le trafic entre La Défense et Auber ne pourra pas reprendre mardi matin à l'ouverture du réseau", indique la RATP. Dans un nouveau communiqué publié ce mardi 31 octobre en fin de matinée, la Régie explique qu'il n'y aura pas de reprise du trafic dans la journée.

La RATP a mis en place un plan de substitution : renforcements de la ligne 1 mais aussi des lignes 2, 6, 9 et 14, plus 24 bus de substitution entre Charles-de-Gaulle Etoile et la Défense avec un bus toutes les cinq minutes. En outre, la RATP a mobilisé 150 agents sur le terrain pour informer et accompagner les voyageurs. Enfin, ceux-ci sont informés en continu de la situation sur les différents canaux d’information – ratp.fr, comptes twitter RER A, applications, écrans d’information...

Le RER A transporte plus de 305 millions de voyageurs par an. Il a connu une hausse de fréquentation de 20% en dix ans et met les nerfs de ses utilisateurs à rude épreuve en raison d'une régularité soumise à de nombreux aléas.

Marc Fressoz


 
Valérie Pécresse demande des éclaircissements sur cet incident
 
La présidente de la Région Île-de-France et d'Île-de-France Mobilités a réagi à l'incident sur le tronçon central du RER A. 
 
Dans un communiqué, Valérie Pécresse indique qu'elle "souhaite que toute la lumière soit faite sur les circonstances exactes de l’incident de chantier grave et paralysant". Valérie Pécresse annonce qu'elle a adressé ce jour un courrier au président de SNCF Réseau en ce sens. La veille, elle s'est entretenue avec la PDG de la RATP pour s'assurer que des moyens de transports de substitution sont bien mis en place.
  
En outre, Île-de-France Mobilités "auditionnera, le 15 novembre 2017, les présidents de la RATP, de la SNCF et de SNCF Réseau afin d’éclaircir les raisons des incidents à répétition qui entravent le bon fonctionnement des RER et qui entraînent des difficultés de transport pour les voyageurs. Au cours de cette audition elle demandera aux opérateurs les plans d’action à mettre en œuvre pour faire face à cette situation".

F.G.