"Le préfet de région a été chargé de faire un point précis sur le programme de réalisation du Grand Paris Express, et le préfet a remis son rapport au Premier ministre à la fin du mois de septembre", a précisé Brune Poirson, secrétaire d'État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire, lors des questions au gouvernement au Sénat.

"Ses propositions sont actuellement en cours d'analyse, et le gouvernement annoncera ses choix très prochainement avec la volonté réaffirmée de préserver au mieux les objectifs de ce projet, qui, je le répète, est absolument essentiel pour l'Ile-de-France", a-t-elle ajouté.
 
De nouveaux éléments à prendre en compte

"Ce projet, il est absolument indispensable pour maintenir l'Île-de-France dans les tout premiers rangs des métropoles mondiales. Et je veux vraiment insister sur le fait que le schéma d'ensemble n'est pas remis en cause, il est sanctuarisé", a assuré la secrétaire d'État.

Néanmoins, "il faut que nous tenions compte de deux éléments nouveaux, d'abord la perspective des Jeux Olympiques en 2024, et puis aussi les surcoûts très importants qui sont apparus au cours des trois dernières années".

Des arbitrages avec le réseau existant
 
De son côté, la Fnaut Île-de-France, qui représente les usagers des transports, recommande "l'abandon des lignes 17 et 18 et leur remplacement par des projets plus légers, mieux adaptés aux besoins réels dans des zones peu denses".
 
L'association d'usagers craint que les moyens financiers mobilisés pour le GPE entraînent un ralentissement de la modernisation du réseau existant faute de crédits. Ainsi, la Fnaut Île-de-France explique qu'il a déjà été demandé à la RATP de retarder des investissements indispensables pour les RER A et B.
 
En outre, celle-ci souligne que plusieurs projets de transport (hors GPE) attendus de longue date manquent de financement, en particulier en grande couronne. Et de citer les extensions du tram 11 Express vers Noisy-le-Sec et Sartrouville, du T1 vers Bobigny/Val-de-Fontenay et Colombes, du T7 Juvisy, mais aussi le tram-train Massy-Evry à Versailles et Massy-Valenton ouest (RER C et TGV).
 
F.G (avec AFP)