Le Groupement interprofessionnel du transport et de la logistique (GITL), qui constitue la voie d'accès des entreprises du transport pour adhérer au Medef, changera de présidence en décembre 2017. Cette fonction permet de porter la voix du secteur au sein du comité exécutif de l'organisation patronale qui se choisira un successeur à Pierre Gattaz en 2018.

"Je suis candidat", a confirmé le PDG de Transdev et président de l’UTP Thierry Mallet à MobiliCités, le mandat de Claude Blot (vice-président de TLF, Transport et logistique de France) élu en 2014 à la présidence du GITL arrivant à échéance. Thierry Mallet, qui a de bonnes chances d'être élu, rappelle que son prédécesseur Jean-Marc Janaillac avait, au cours d'une courte parenthèse d'un an entre 2013 et 2014, instauré une alternance entre marchandises et voyageurs à tête de la structure interprofessionnelle.
 
Une transition en bonne voie

"Je vais avoir 71 ans, indique Claude Blot. Il est peut-être temps que je me retire, mais j'aimerais que les choses se passent de façon correcte", laissant entendre qu'il pourrait se représenter ou qu'un autre représentant des marchandises pourrait revendiquer la fonction si ce n'était pas le cas. Il souligne que le ticket d'entrée au Medef est d'environ 600.000 euros par an et que, selon lui, "depuis l'origine du GITL, les marchandises, avec TLF essentiellement, ont cotisé à hauteur de 3,5 millions d'euros, l'UTP environ 1 million d'euros".

Outre ces deux organisations patronales, le groupement compte aussi comme adhérents la FNTR (routier) alliée de TLF dans la branche, la FNTV (autocar), FNLV (loueurs de véhicule), FNAM (aérien),  UNiM (ports), et depuis peu la SNCF (via SNCF Logistics) en direct. Les Armateurs de France ont claqué la porte voici trois ans en désaccord avec le tropisme routier et le retour de Claude Blot qui avait déjà présidé le GITL avant 2013.

S'il est élu à la présidence du GITL, Thierry Mallet entend travailler plusieurs problématiques communes au transport comme l'évolution de la réglementation sur transition énergétique et la question du véhicule autonome.

Marc Fressoz