Le covoiturage de proximité devient un transport public dans huit agglomérations en France – Bordeaux, Grenoble, Lille, Lyon Nantes, Paris, Rennes et Toulouse. Depuis le 5 septembre 2017, les abonnés à ces réseaux peuvent covoiturer gratuitement. En effet, le service de covoiturage domicile-travail, WayzUp, a intégré le pass transport de ces agglomérations.
 
Une opération intégralement financée sur les fonds propres de la start-up. WayzUp a prévu de mener cette campagne jusqu'à la fin de l'année et espère que les collectivités locales qui financent les transports publics prendront le relais.
 
L'argument ? En zone périurbaine ou rurale, le covoiturage permet "d'optimiser des lignes de bus existantes mais non rentables. Particulièrement efficace pour les trajets de banlieues à banlieues, le covoiturage permet d’apporter une solution très peu coûteuse, complémentaire aux réseaux de transport existants et sans aucune infrastructure supplémentaire", explique le communiqué de WayzUp.
 
En attendant, la start-up rémunère les conducteurs 10 centimes d'euros par kilomètre et par passager transporté dans la limite 40 kilomètres par trajet. Ainsi, un covoitureur pourrait  rembourser ses frais de voiture jusqu'à 120 euros par mois pour un trajet quotidien de 30 kilomètres aller-retour, par exemple. Les conducteurs sont crédités du montant des trajets sur leur compte bancaire.
 
Côté passager, il suffit au covoituré de renseigner l’un des huit pass transport éligibles sur l’application WayzUp pour bénéficier de deux trajets gratuits par jour, dans la limite de 40 kilomètres par trajet. Cette initiative doit inciter les abonnés à utiliser le covoiturage en complément des transports publics.
 
La start-up fondée par Julien Honnart avait levé, au mois de juillet, 1,4 million d’euros auprès de la RATP et Via ID. WayzUp revendique, aujourd'hui, 80.000 trajets proposés quotidiennement partout en France.

F.G.