Petite devinette : quelle personnalité ayant incarné la libéralisation du fret ferroviaire en France est devenue depuis le 4 septembre 2017 le directeur SNCF du TER en région Auvergne-Rhône-Alpes ? Réponse : le franco-québecois Alain Thauvette, qui était encore voici quelques mois un des grands dirigeants des activités fret de la Deutsche Bahn en Europe.

Outre l’activité de DB Schenker en Europe de l'ouest, il a dirigé Euro Cargo Rail, le  numéro deux du fret en France, rival direct de Fret SNCF. Et durant six ans, Alain Thauvette a présidé le lobby des concurrents de la SNCF, l'Association française du rail (AFRA) dont le but est d'obtenir par application des textes européens l'ouverture de tous les marchés ferroviaires en France dont celui du TER.
 
Un ex-pourfendeur de la SNCF


Sacré revirement donc, peut-être favorisé involontairement par la DB. Car à l'occasion de la restructuration de son organisation en Europe sur fond de pertes, le groupe allemand s'est séparé, en 2016, assez sèchement d'Alain Thauvette, aujourd'hui âgé de 62 ans. De quoi susciter peut-être un peu d'amertume chez celui-ci.

Du pain béni pour la SNCF de Guillaume Pepy qui outre un symbole - une victoire sur la concurrence - s'attache des compétences ferroviaires extérieures croisant Amérique du nord et approche anglo-saxonne. Le groupe public a commencé par intégrer Alain Thauvette voici plusieurs mois en le faisant entrer dans le petit groupe chargé d'expertiser la “robustesse ferroviaire “ de la SNCF et qui a dévoilé ses travaux en juillet 2017.

C'est notamment comme caution en matière de qualité ferroviaire, que la SNCF justifie l'arrivée d'Alain Thauvette à la tête du TER de l'une des Régions qui fait partie des plus importantes clientes pour la SNCF.  “J'ai parfaitement compris l'exigence de la région Auvergne-Rhône-Alpes et de son président Laurent Wauquiez“, commente Frank Lacroix, directeur général TER qui souligne le “dynamisme“, "l'expérience managériale", "l'œil neuf “ et la “pratique du monde concurrentiel“ d'Alain Thauvette.

Son défi n'est pas facile. Outre les rapports avec Laurent Wauquiez, il devra également gérer ceux avec les syndicats cheminots“, mesurent certains dans le groupe.

Radia Ouarti, l'autre transfuge

Alain Thauvette n’est pas le seul ancien concurrent direct que le groupe SNCF intègre dans son organigramme. Autre devinette : qui va devenir prochainement la directrice de cabinet de Patrick Jeantet, le PDG de SNCF Réseau ? Réponse : Radia Ouarti, qui est chargée des relations publiques d’Euro Cargo Rail depuis 2016 comme l'a signalé Mobilettre.

La configuration est différente puisque Radia Ouarti (ex-conseillère ministérielle d'Alain Vidalies et de Frédéric Cuvillier) rejoint le gestionnaire du réseau et non Mobilités qui intègre quelqu'un venu de la concurrence pour contrer celle-ci.

SNCF Réseau compte aussi dans ses rangs un ancien directeur général d'Euro Cargo Rail. Marc Bizien est le directeur territorial du gestionnaire d'infrastructure dans la région Grand Est depuis 2016. Une sorte d'éclaireur pour les autres…

Marc Fressoz