La start-up française Vulog a levé 17,5 millions d'euros auprès de Frog Capital (Royaume-Uni), Inven Capital (République Tchèque), ainsi que de ses investisseurs historiques, le Fonds Ecotechnologies géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre des actions du Programme d’investissements d’avenir (PIA) confiées à l’ADEME, et ETF Partners (Royaume-Uni).  Une levée de fonds qui doit permettre à la société d’accélérer son développement international (en Europe, Amérique du Nord et Asie).
 
Vulog fournit une plate-forme SaaS permettant à tout opérateur de mobilité, tels que des loueurs de véhicules, des constructeurs automobiles ou des start-up, de lancer des services d’autopartage, que ce soit en free-floating, de station à station ou en boucle. La solution Vulog permet à ses clients d’adapter le produit à leurs besoins, et ce jusqu’à l’intégration de plusieurs typologies de services de mobilité dans une même application.
 
Concrètement, la solution de Vulog permet de gérer la flotte de véhicules, des actions marketing et la base clients ; la mise à disposition d’outils analytiques permettant l’optimisation des services ; des applications mobiles en marque blanche ; une technologie embarquée offrant un accès aux véhicules partagés.
 
La solution gère, selon Vulog, plus de 10 millions de trajets d’autopartage par an. La start-up compte notamment comme clients Evo à Vancouver (plus gros opérateur indépendant d’Amérique du Nord avec 1250 véhicules), emov à Madrid (550 véhicules électriques opérés par PSA et Eysa avec plus de 120000 utilisateurs), GreenMobility à Copenhague (450 véhicules électriques), mais également de nombreux autres services en Europe, Amérique du Nord, Amérique du Sud et Océanie.
 
En parallèle, Vulog travaille étroitement avec un certain nombre de constructeurs automobiles pour intégrer directement sa solution au sein des véhicules de nouvelle génération. "Vulog va continuer à déployer de nouveaux services de mobilité partout dans le monde, qui faciliteront nos déplacements quotidiens, réduirons la pollution dans nos villes et prépareront l’arrivée des véhicules autonomes", déclare son PDG Grégory Ducongé dans un communiqué.
 
En plus de ses bureaux en France, Vulog est aujourd’hui présent à Toronto, Vancouver, et à partir de septembre dans la Silicon Valley.

F.G.