Le bilan social 2016 dans l'urbain de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP) vient de sortir et confirme les tendances déjà observées les années précédentes. 
 
  • Recrutement
 
L'année dernière, les réseaux de transport public urbain de province (1) ont effectué quelque 2.500 recrutements, essentiellement pour remplacer les salariés ayant fait valoir leur droit à la retraite, première cause de départ du secteur.


 
Cependant, les effectifs sont en légère progression en 2016 : + 0,4% par rapport à 2015. L'UTP explique que, "compte tenu de la maturité du secteur, les créations de postes sont aujourd’hui essentiellement liées à l’accroissement de l’offre dans certains réseaux : prolongement de lignes, renforcement des fréquences...".
 
Au total, plus de 26.500 recrutements et 6.500 emplois ont été créés en dix ans. Un bilan qui contraste avec l’atonie des grands indicateurs de l’économie française, souligne l'organisation professionnelle.

 
  • Mixité

La féminisation de la profession continue de progresser. En 2016, elles représentent 19,6% des salariés du transport public urbain de province contre 19% en 2015 et 18,6% en 2014.
 
L'UTP explique que cette féminisation des effectifs est due notamment à l’engagement de la profession qui s’est notamment concrétisé par la signature, en 2014, du plan sectoriel en faveur de la mixité et l’accord de branche de mise en œuvre du Pacte de responsabilité.
 
Au cours de la dernière décennie, la part de femmes dans les effectifs a augmenté de 25%.

 
  • Formation professionnelle
 
La profession a poursuivi ses efforts d'investissement dans la formation. Leur montant s'élève à 3,8% de la masse salariale, un taux bien supérieur aux obligations légales (1% de la masse salariale) et conventionnelles (1,3% de la masse salariale). En 2016, plus de trois salariés sur cinq ont bénéficié d’une formation.




L’investissement consacré à la formation professionnelle s’établit à 59,2 millions d’euros.
 
  • Type de contrat
 
Dans le transport public urbain, 98,1% des salariés travaillent sous contrat à durée indéterminée (CDI) en 2016, un chiffre quasi stable par rapport aux années 2015 et 2014, alors que la moyenne nationale d'établit à 91,9% et la moyenne du secteur des transports à 94,1%.
 
Enfin, les postes à temps plein représentent 94,5% des emplois. Là encore, il s'agit d'un taux supérieur à la moyenne nationale (84,3%) et au secteur des transports (89,4%). 
 
F.G.

 
Le bilan social 2016 dans le transport public urbain de province (56 pages) est découpé en cinq chapitres :
- effectifs des entreprises de transport urbain ;
- durée du travail et absentéisme ;
- rémunération ;
- formation professionnelle ;
- données de cadrage économique.
 
(1) Le bilan social 2016 a été réalisé à partir d’une enquête de l’UTP auprès de 129 entreprises (hors RATP et SNCF), totalisant 47.936 salariés, soit plus de 90% des effectifs de la profession soumis à la convention collective nationale des réseaux de transports publics urbains de voyageurs.