En 2016, 111 collisions ont eu lieu aux passages à niveau (PN) et 31 personnes ont trouvé la mort; un chiffre plus élevé qu'en 2015. Ainsi, SNCF Réseau poursuit son effort d'investissement. En 2016, 24 PN ont été supprimés.

Le gestionnaire d'infrastructure a investi 22,46 millions pour en supprimer 6 PN prioritaires inscrits dans le Programme national de sécurisation et 14 millions pour en supprimer 18 autres, et améliorer la sécurité sur 192 PN (automatisation ou aménagements particuliers comme l'ajout de feu et de téléphone, élargissement du flux piéton, etc.). Le coût d'une suppression varie de 3 à 15 millions d'euros.
 
98% des accidents aux PN sont dus à des comportements des usagers sur la route, les 2% restants sont principalement liés à des actes de malveillance. En particulier, 20% des automobilistes déclarent avoir déjà franchi un PN en ne respectant pas la signalisation, selon un sondage TNS Sofres datant de 2015.

Dans 59% des cas, l'automobiliste sait que le PN existe et est fermé ou en cours de fermeture, mais choisit délibérément de le franchir ; dans 38% des cas, il sait que le PN existe, mais commet une erreur d'analyse et se retrouve immobilisé sur le PN. Enfin, dans seulement 1% des cas, il ne remarque pas le PN ou trop tardivement.
 
Des contrôles renforcés
 
Ainsi, les contrôles ont également été renforcés : des radars de vitesse (22) ou de franchissement (42) ont été déployés au PN pour contrôler les comportement des conducteurs.

Le non-respect des règles de sécurité est sanctionné par :
· une amende forfaitaire comprise en 68 et 3 750 euros ;
· un retrait de un à six points sur le permis de conduire ;
· une suspension de trois ans du permis de conduire, à partir de 30 km/h au-dessus de la limitation de vitesse ;
· une immobilisation et/ou confiscation du véhicule, à partir de 40km/h au-dessus de la limitation de vitesse ;
· une peine de trois ans de prison, en cas de récidive d’excès de vitesse supérieure ou égale à 50 km/h.
 
Des équipements en test
 
De plus, SNCF Réseau poursuit ses expérimentations pour améliorer les équipements :
- détecteurs d'obstacle
Un signal avertit le conducteur de train d'un obstacle sur les voies.

- dalles anti-intrusion ;
L'objectif est de dissuader les usagers d'emprunter un PN pour longer les voies.

- stickers "barrières cassables"
En test sur 5 PN en région Rhône-Alpes et bientôt sur quatre autres sites en Champagne-Ardenne.

- lampes à diode
Il s'agit d'améliorer la visibilité des feux. En test actuellement sur trois zones. Si ces nouvelles lampes sont homologuées, le déploiement pourrait intervenir à partir du second semestre 2017.

- cartographie GPS des passages à niveau
Cela consiste àintégrer les données relatives aux PN dans les GPS Tom-Tom.

- panneaux de téléphones
Ces panneaux améliorent la visibilité des téléphones servant à signaler un problème sur le fonctionnement du passage à niveau voisin. Ce dispositif équipe désormais tous les PN inscrits au PSN et devrait être généralisé d’ici 2018.
 
- aménagements de barrières
Des aménagements de barrières de passage à niveau sont en cours d’études telles que des lamelles souples (jupes) sous les barrières empêchant le passage des piétons lorsque les barrières sont baissées.
 
Enfin, la campagne de communication lancée en octobre 2016 sera reconduite du 2 au 27 juin 2017 avec la même signature : "ne risquez pas votre vie aux passages à niveau. Respectez le code de la route".

F.G.