En Essonne, 59% des déplacements se font en voiture, 78% d’entre eux s’effectuent à l’intérieur du département pour de courtes distances. Le taux d’occupation moyen des véhicules n’est que de 1,1 personne. Un constat qui a incité le conseil départemental à vouloir changer les habitudes de transport de ses habitants.
 
Ainsi, le département a décidé d'offrir 50.000 trajets aux Essonniens du 18 avril au 30 juin 2017. La collectivité s'est associée à Karos, spécialisée dans le covoiturage courte distance. Le montant du trajet sera payé par le conseil départemental et reversé automatiquement par Karos au conducteur chaque fin de mois.
 
"Nous portons l’idée que les pouvoirs publics doivent s’engager pour encourager et développer cette pratique qui bénéficie à chacun de nos concitoyens, déclare François Durovray, président du conseil départemental de l’Essonne dans un communiqué. Notre département est le premier à le faire mais nous espérons que notre initiative sera suivie de nombreuses autres en France."

Un service subventionné
 
Le prix des trajets est fixé à 0,10 euro/km/passager. Le nombre de trajets est fixé à deux maximum/jour/essonnien, dans la limite de 20 trajets/personne pendant toute la durée de l’opération, et de 35 kilomètres par déplacement. Le nombre total de trajets pendant l’opération a été estimé à 50.000.
 
"C’est la première fois, que les pouvoirs publics décident de subventionner le court-voiturage au même titre que les transports en commun traditionnels, tels que le métro ou le bus", souligne Olivier Binet, cofondateur de Karos. La start-up, fondée en 2014, avait déjà mis un premier pied en Essonne en mars 2017 avec un partenariat passé avec
la commune des Molières qui ne dispose pas de réseau de transport public.

A l'heure où il se murmure que BlaBlaCar devrait finalement investir le covoiturage courte distance, Karos va-t-il réussir à faire changer les habitudes des automobilistes et à percer sur ce segment de marché ?

F.G.