En début d'année, Martin Bouygues, le PDG du groupe de BTP, confiait à Philippe Yvin, le président du directoire de la Societé du Grand Paris, qu'il "commençait à croire au projet du Grand Paris Express“. Il faut dire que l'attribution des contrats avec espèces sonnantes et trébuchantes contribue à donner la foi.

A présent, les dirigeants d'Eiffage, troisième major français du BTP, vont peut-être éprouver le même sentiment. Après Bouygues (968 M€) et Vinci (926 M€), retenus par la SGP en février 2017, leur concurrent vient à son tour de décrocher un contrat pour percer un morceau de la ligne souterraine 15 Sud. Eiffage et le groupement qu'il conduit, construiront l'extrémité est
.

La Société du Grand Paris (SGP) a en effet annoncé, vendredi 14 avril 2017, l'attribution à un groupement d'entreprises piloté par Eiffage d'un marché de génie civil de 795 millions d'euros pour la ligne 15 Sud, la première du Grand Paris Express à être déjà lancée. La quasi totalité des sites des gares est en travaux.

Cinq ans de travaux

"Les travaux de génie civil du tronçon entre la gare Créteil l'Échat (exclue) et la gare Bry-Villiers-Champigny (incluse) seront effectués par le groupement constitué d'Eiffage Génie civil SAS (filiale d'Eiffage, NDLR) en qualité de mandataire, et de Razel-Bec SAS" (groupe Fayat), détaille la SGP. 

Les travaux débuteront d'ici fin avril et seront réalisés dans un délai de cinq ans, affirme Eiffage qui précise, de son côté, que sa part du contrat s'élevait à 435 millions d'euros.

Le groupement d'entreprises que pilote Eiffage Génie civil SAS est constitué de Eiffage Fondations, Sefi-Intrafor, Icop, Coteg et Capocci (sous-traitants). Il compte aussi les sociétés d'ingénierie partenaires Egis et Tractebel.
 
"L'ensemble des marchés de génie civil de la ligne sera attribué d'ici la fin du premier semestre", avance la SGP.

Marc Fressoz