L'annonce de la suppression de l'offre avait provoqué la colère des abonnés. La SNCF avait alors annoncé, fin février, l'extension de l'abonnement iDTGVMAX de deux ans supplémentaires à des conditions proches, après la consultation de ses clients.
 
Or les tensions ne sont pas retombées entre la SNCF et ses MaxTrotters si l'on en croit
les réseaux sociaux. Résultat, la SNCF a fait d'ultimes propositions, le 8 mars 2017, lors d'une réunion avec les abonnés, selon le journal Le Parisien.

De nouvelles concessions
 
Alors que les MaxTrotteurs devaient accéder à 90% des TGV qui desservent les 25 destinations principales iDTGV, ils auront accès à 100% des TGV. Le directeur général adjoint de la SNCF, Mathias Vicherat, assure que cela multiplie l'offre par six.
 
Cependant, l'opérateur refuse d'accorder des quotas de places réservées comme précédemment. La SNCF explique que cela coûterait trop cher et affirme, au Parisien, que l'entreprise perd entre 5 et 7 millions d'euros par an à cause de cette offre. Néanmoins, elle pourrait permettre aux MaxTrotters de réserver plus de 30 jours avant le départ.
 
Autre concession, l'abonnement iDTGVMax, qui a été prolongé de deux ans jusqu'au 31 mai 2019, ne s'arrêtera pas. Les clients ont obtenu de la SNCF qu'elle leur propose une autre offre commerciale.
 
Pour ne rien arranger à l'affaire, la SNCF a annoncé, le 6 mars 2017,
la suppression de l'offre iDTGV dans l'année, et prépare le lancement d'une nouvelle gamme tarifaire selon le journal Les Echos. L'objectif ? Rendre plus lisible ses tarifs et augmenter le nombre de billets à petits prix pour améliorer le taux de remplissage de ses TGV.
 
F.G.