Annoncé en juillet 2016 par le président de la République, le second plan d'investissement autoroutier  – après celui de 3,27 milliards signé en septembre 2015 – a été finalisé avec les sociétés concessionnaires et les collectivités territoriales.
 
Ce plan d'investissement de plus de 800 millions comprend, au total, 57 opérations dont 32 de type échangeurs, présentant un intérêt pour la desserte locale et pour les  usagers de l’autoroute, et 25 opérations de type aires de covoiturage et aménagements pour le milieu naturel (
consulter la liste des opérations).
 
Le gouvernement précise que les collectivités apportent un financement de plus de 50 % en moyenne pour les opérations routières d’intérêt local. Le complément de financement proviendra d’une augmentation des péages limitée – de 0,1 à 0,4% par an de 2019 à 2021 – conformément aux objectifs initiaux de ce plan.
 
Suivant les dernières recommandations de l’Arafer, cet accord prend en compte les hypothèses actualisées en matière de prévision de trafic et d’inflation. Il comprend également des clauses contractuelles dans le cadre de la régulation renforcée mise en place depuis 2015, indique le gouvernement.
 
Après la signature des protocoles, l’Arafer sera saisie, conformément aux nouvelles dispositions prises par le gouvernement qui prévoient que les conditions de mise en œuvre du plan seront contrôlées par l'autorité de régulation.
 
L'exécutif annonce que les premiers travaux pourront être engagés dès la fin de l’année 2017 et permettront la création de près de 5.000 emplois.

Florence Guernalec