Anne Hidalgo, qui a présenté ces mesures lors de ses vœux le 6 janvier 2016, les a détaillés dans un entretien au Journal du Dimanche. Sur les quais hauts, qui jouxtent la voie sur berge fermée à la circulation depuis cet été, les voitures vont devoir se serrer encore un peu plus. Sur cet axe passablement embouteillé, sera créée une ligne de bus à haut niveau de service (BHNS) empruntant le tracé actuel de l’actuelle ligne 72 (Pont de Saint-Cloud - Hôtel de ville).

Les bus utilisés seront des articulés électriques de 18 à 24 mètres de long. Ils ont vocation à circuler à double sens (alors que de Bastille à Concorde, la ligne 72 emprunte la rue de Rivoli). Résultat, les voies de circulation dédiées aux voitures seront réduites à deux, voire une seule file dans certaines zones. Cette ligne a vocation à être prolongée, dans un premier temps, jusqu’à la Gare de Lyon. Dans un second temps, elle se poursuivra jusqu’à Bercy. A terme, elle atteindra le Val-de-Marne, avec pour terminus les futures gares du Grand Paris Express, précise la maire de Paris.



Mise en œuvre progressive dès 2018

Selon Christophe Najdovski adjoint EELV chargé des transports, "La concertation et les études de préfiguration se tiendront en 2017, pour une mise en œuvre progressive à partir de 2018. Nous sommes en mesure d'aller vite, car il s'agit d'aménagements légers. Ils sont aussi peu coûteux pour le contribuable : nous avons budgété 35M€ de travaux sur cette mandature".

Sur la rue de Rivoli, les voitures vont également devoir céder un peu de place au profit des vélos cette fois. Une piste cyclable protégée à double sens sera implantée entre la Place de la Concorde et la Bastille dès 2017. Une création qui s’inscrit dans le vaste plan vélo présenté par la Mairie de Paris en juin 2015, qui verra notamment la création d’une piste cyclable à double sens sur les Champs Elysées.


La future piste cyclabe à double sens sur la rue de Rivoli © Céline Orsinger

La fin de la rue de Rivoli entre la Concorde et la place des pyramides, ou trône la statue de Jeanne d’Arc sera également mise à double sens pour les voitures. Ca compensera la fermeture totale des quais hauts aux voitures, entre la Concorde et le Pont Royal qui ne seront plus empruntés que par les bus de la ligne 72 et les vélos. Pour rejoindre les quais hauts à partir de la place des Pyramides, les automobiles emprunteront le souterrain de l’avenue du Général Lemmonier qui traverse les Tuileries et qui est actuellement à sens unique.

Volatilisation automobile

S’ajoute à ces mesures la fermeture aux voitures des guichets du Louvre qui permettent d’accéder à la place du Carrousel face à la pyramide. Un axe qui sera réservé aux bus et aux vélos (ce qui est déjà le cas dans le sens quais rue de Rivoli). Au total, la place dédiée à l’automobile sur ces deux axes majeurs de la Capitale sera divisée par deux, se félicite Christophe Najdovski : "Il en sera factuellement de même pour les niveaux de bruit et de pollution, ce qui représentera un vrai progrès pour la qualité de vie des riverains et des salariés des boutiques en pied d'immeuble ".

Les automobilistes eux vont devoir s’adapter à ces nouvelles restrictions de leur espace de circulation. En attendant d’autres mesures qui sont dans les projets de la mairie de Paris comme la poursuite de la piétonnisation du quartier du Marais dans les 3e et 4e arrondissements.

A ce rythme, ce n'est plus d'évaporation de la circulation automobile qu'il faudra parler mais de volatilisation.

Robert Viennet