Le port du casque sera obligatoire à compter du 22 mars 2017. Le décret n° 2016-1800 paru, le 22 décembre 2016, au Journal officiel a prévu un délai de 3 mois pour que chaque famille puisse avoir le temps de s'équiper correctement.

Cette mesure vise à réduire la gravité des blessures au visage et les risques de traumatismes crâniens des enfants de moins de 12 ans au guidon de leur vélo comme passagers.
Les chocs à la tête chez les jeunes enfants peuvent causer des traumatismes plus graves que chez les adultes ou adolescents. Le casque diminue le risque de blessure sérieuse à la tête de 70%, le risque de blessure mineure de 31% et le risque de blessure au visage de 28%, selon une étude de 2012 citée par le ministère de l'Intérieur (1).
 
Si un adulte transporte à vélo un enfant passager non casqué ou accompagne un groupe d'enfants non protégés, il risque une amende de quatrième classe (90 euros), précise le ministère.
 
Des représentants des usagers résolument contre
 
La Fédération des usagers de la bicyclette (FUB) est fermement opposée au port du casque tout comme le Club des villes et territoires cyclables par exemple. Dans
un dossier, la FUB réfute un à un les arguments avancés. Citant une étude de l'IFSTTAR, la FUB explique notamment que "dans les accidents de la circulation, (...), les cyclistes sont moins souvent touchés à la tête que d’autres usagers, surtout en milieu urbain !"

Ainsi la FUB considère que l’impact de cette mesure sur la sécurité routière sera "négligeable" et aura même un effet négatif sur l'usage du vélo : "
Les études étrangères qui se sont intéressées aux modifications de comportements suite à l’obligation du port du casque concluent toutes à une diminution du nombre de cyclistes", souligne la Fédération.
 
"Les leviers pour améliorer la sécurité des cyclistes sont connus et ont porté leur fruits ces dix dernières années : modération de la vitesse, amélioration de la visibilité des cyclistes, adaptation de l'espace publics aux modes actifs, partage de la voirie...", explique Pierre Serne, président du Club des villes et territoires cyclables.
 
De son côté, le communiqué du gouvernement souligne que plusieurs pays européens ont déjà adopté cette mesure : Finlande pour tous les cyclistes ; Malte jusqu'à 10 ans ; Autriche et Lettonie jusqu'à 12 ans ; Slovaquie, Slovénie et Suède jusqu'à 15 ans ; Espagne, Croatie et Estonie jusqu'à 16 ans ; République tchèque et Lituanie jusqu'à 18 ans.

F.G.

(1)
IFSTTAR, AMOROS E., CHIRON M., MARTIN J.-L., THÉLO T B., LAUMON B., Bicycle helmet wearing and the risk of head,face, and neck injury : a French case-control study based on a road trauma registry. Injury Prevention , n°18, pp. 27-32, 2012.