"Le Cévenol comme l’Aubrac, qui traversent des territoires ruraux voire hyper-ruraux d’Occitanie/Pyrénées-Méditerranée, ont une véritable utilité publique pour nos concitoyens", déclare Carole Delga, présidente de la région Occitanie dans un communiqué. Cet accord pour la reprise de deux lignes TET (trains d'équilibre du territoire) sera examiné le 3 février 2017 en séance plénière de la Région.
 
L'Occitanie deviendra alors autorité organisatrice de la ligne du Cévenol (Clermont-Ferrand–Nîmes) à compter du 1er janvier 2018. "... par cet accord, nous allons redonner de l’allant au Cévenol avec du matériel neuf et l’objectif de rétablir une liaison à la fois vers Paris et vers Marseille", précise Carole Delga.

Un cas unique en France
 
Dans le cadre de cet accord, l’État s’engage à accompagner la Région en finançant le renouvellement complet du matériel roulant de cette ligne, avec l’acquisition par l’État de 3 rames Alstom Coradia Liner neuves pour un montant d’environ 30 millions d'euros. Par ailleurs, l’État versera également une contribution de fonctionnement à la Région.
 
Autre annonce et cas unique en France, l’État et la Région s’engagent à renforcer les investissements dans le cadre du contrat de plan État-Région pour la  pérennisation des infrastructures de cette ligne, à hauteur de 43 millions d'euros au total, avec l’appui de SNCF Réseau.
 
Une gestion commune à titre expérimental
 
Par ailleurs, l’État et la Région s’engagent à gérer en commun la ligne de l’Aubrac (Clermont-Ferrand–Béziers) à titre expérimental à compter du 1er janvier 2017 pour une durée de deux ans. Le déficit de cette ligne sera financé durant cette période à parité.

"... ces deux ans d’expérimentation doivent être mis à profit pour définir un véritable projet de territoire dans lequel chacun devra prendre sa part", explique Carole Delga. Au terme des deux ans, l’État décidera de la suite à donner à cette expérimentation.
 
Quatre précédents accords ont été conclus avec les régions
Normandie, Grand Est, Nouvelle Aquitaine et Hauts-de-France.

F.G.