Les habitants de 24 communes des régions de Veluwe et d'Utrecht situées au centre et à l'est des Pays-Bas, peuvent désormais se déplacer avec l'un des 340 KeoBikes mis en service par Syntus, la filiale du groupe Keolis. Ces vélos en libre-service (VLS) peuvent être réservés à l'aide d'un smartphone et l'application Mobilock.
 
Cette dématérialisation permet de réserver à distance son vélo puis de le déverrouiller grâce à une balise I-beacon intégrée au mécanisme de verrouillage des vélos. Autre avantage de cette technologie : pendant la location, l'utilisateur peut stationner son vélo (le temps de faire de faire une course par exemple) sans avoir besoin ni d'antivol, ni de clef.
 
Des carrousels en guise de stations
 
Les vélos sont mis à disposition des utilisateurs sur des carrousels surmontés d'un toit équipé de panneaux solaires. Ces derniers fournissent l'énergie nécessaire pour alimenter les vélos au fur et à mesure des locations.
 
Pour assurer la maintenance et la réparation du parc, Syntus a fait appel à Feluagroep, une entreprise en faveur de la réinsertion sociale des personnes exclues du marché du travail.
 
125 M€ de chiffres d'affaires
 
Aux Pays bas, Syntus – une entreprise détenue à 100% par Keolis depuis août 2012 – emploie 1268 salariés et réalise un chiffre d'affaires de 125 millions d'euros.
 
Dans ce pays, le groupe français opère des réseaux de bus dans les villes de Veluwe, Twente, d'Utrech et Overrijssel et des services ferroviaires. Il s'appuie pour cela sur 16 implantations et sur une flotte composée de 376 bus et de 9 trains.
 
En décembre 2018, il gèrera des services de bus à Almere, dans la province de Flevoland.
 
Christine Cabiron