"La Caisse des dépôts a ouvert un dialogue avec huit territoires en proposant d'expérimenter des solutions" de ville intelligente, a expliqué Pierre-René Lemas, dg du groupe lors de la conférence de presse. Organisatrice pour la première année d'un forum Smart City à Paris le 21 novembre 2016, la Caisse des dépôts en a profité pour dévoiler les expérimentations de "ville intelligente" dans les secteurs de la mobilité, du logement, de la transition énergétique, de l'open data... Les tests auront lieu à Besançon, Bordeaux, Lyon, Nantes, Nice, La Plaine Commune (deux sites retenus) et Toulouse.
 
Fabriquer le cadre de vie de demain
 
La Caisse des dépôts s'est positionnée sur l'ensemble de la chaîne de valeur, l'établissement public se présentant à la fois comme concepteur de solutions, financeur et opérateur à travers ses filiales comme Transdev et Egis pour le secteur de la mobilité. "L'idée neuve, c'est que le groupe se met au travail collectivement", a souligné Pierre-René Lemas. Son objectif ? Accompagner les collectivités locales à "fabriquer le cadre de vie de demain" à chaque étape de leur projet. Une démarche de coconstruction et d'offre de services multicanal qui va se matérialiser par plus de 50 projets sur les huit territoires d'expérimentation.
 
Parmi les projets prévus dans le domaine de la mobilité figurent en bonne place les navettes autonomes. Transdev avec son partenaire EasyMile, mettra en place un démonstrateur à Toulouse ; un autre à Besançon pour circuler dans la cité Vauban (et a annoncé,  à cette occasion, une navette sur le parc de Rungis en juin 2017). En parallèle, Transdev réfléchit à leur rentabilité économique, a expliqué Thierry Mallet, nouveau PDG du groupe. Au-delà des questions techniques, "le business modèle reste à développer : qui sera propriétaire des véhicules? Comment seront-ils mis à disposition ? Nous travaillons aussi sur ces sujets".
 
De l'exploitation de la donnée
 
Autre exemple d'expérimentation portée par la Caisse des dépôts, la mise en place de plates-formes de données pour mieux mesurer, par exemple, la qualité de l'air comme à Lyon et pour gérer la dynamique des flux de circulation. A Bordeaux, l'enjeu est également de fluidifier le trafic. La Caisse des dépôts se propose de mener une étude sur des dispositifs de covoiturage pour en évaluer l'impact, les coûts de long terme et le retour sur investissement (ROI). Il s'agira de coupler cette étude avec une cartographie des espaces de coworking dans l'idée de proposer des lieux de travail pendant les pointes de trafic pendulaire.
 
De l'ingénierie aux services à la mobilité
 
La Caisse des dépôts et ses filiales travaillent, depuis plusieurs années, sur la ville intelligente. Ainsi, Bpifrance finance notamment la start-up Vulog via le fonds Villes de demain dans le cadre du Programme des investissements d'avenir (PIA). Sa solution permet d'ouvrir et de démarrer une voiture avec son smartphone. La cible ? Les flottes de véhicules d'entreprises. Bpifrance a aussi investi dans
Drivy, le spécialiste de la location de véhicules entre particuliers via le fonds Ecotechnologies.
Egalement présente sur le forum Smart City,
Cityscoot qui propose un service de location de scooters électriques à Paris. Le groupe Caisse des dépôts détient 10,2% du capital de puis l'automne 2016.
 
Dans le giron du groupe, Transdev présentait notamment sa solution de covoiturage dynamique
Fleetme développée par sa filiale Cityway. Présent également sur le forum, l'ingénieriste Egis. Son PDG Nicolas Jachiet a annoncé que sa filiale BNV Mobility venait de remporter un appel d'offres auprès de la Société du Grand Paris. Il s'agira de mettre en place un "péage à l'envers" qui consistera à récompenser les automobilistes qui ne circulent pas aux heures de pointe. L'objectif ? Réduire les nuisances du chantier. "Cela suppose de mettre en place des outils de lecture des plaques d'immatriculation et d'utiliser les données issues des téléphones mobiles des automobilistes ou des boîtiers embarqués", a précisé Nicolas Jachiet. BNV Mobility a déjà mis en place cette solution notamment à Rotterdam aux Pays-Bas.
 
Florence Guernalec