Au mois de juillet 2016, le cofondateur de BlaBlaCar Frédéric Mazzella confiait, dans une interview à MobiliCités, n'avoir "même pas fait 10% du chemin !". Deux mois plus tard, le leader du covoiturage annonce avoir levé 21 millions d'euros auprès d'une société russe, Baring Vostok

"Un partenaire stratégique de premier plan qui a notamment soutenu dès ses premières années Yandex, le plus grand acteur de l'Internet russe", a souligné un porte-parole de BlaBlaCar. Cette levée de fonds, a-t-il ajouté, va permettre "d'accompagner la forte croissance de notre activité en Europe de l'Est". Frédéric Mazzella est  convaincu que le modèle mis en place en France "est répliquable dans le monde entier" : "Nous avons en effet vocation à être présent partout où il y a des routes et des smartphones."

Lancée voici dix ans, sous le nom "covoiturage.fr", la société BlaBlaCar est désormais présente dans une vingtaine de pays. Le secret de ce succès en France et à l'étranger ? "Le plus important, c’est d’être à l’écoute de l’évolution des besoins de nos membres. Nous avons conçu une organisation en interne pour favoriser la remontée régulière de feedbacks de la communauté et les développer rapidement dans notre produit. (...) C’est l’innovation constante qui permet d’apporter une solution aux besoins des utilisateurs", expliquait Frédéric Mazzella à MobiliCités.

BlaBlaCar avait déjà levé, en septembre 2015, pas moins de 177 millions d'euros, une somme destinée en partie à financer son implantation dans de nouveaux pays.

Florence Guernalec (avec AFP)