Un peu plus d'un mois avant la mise en service à Brest du premier téléphérique urbain intégré au réseau de transport public, le projet Téléval dans le Val-de-Marne entre en concertation publique du 26 septembre au 28 octobre 2016. Ce projet, le plus important de tous ceux qui sont à l'étude en France actuellement, prévoit de relier Créteil à Villeneuve-Saint-Georges via Limeil Brévannes et Valenton regroupant 160 000 habitants. Son tracé de 4,5 kilomètres et 5 stations permettra de s'affranchir à 40 mètres de haut des importantes coupures urbaines qui séparent ces quatres villes : RN 406, ligne TGV, plate-forme de trains fret.

Un trajet quasi impossible par un autre moyen qui permettra notamment de relier des communes très densément peuplées au terminus de la ligne 8 du métro et qui sera en connection avec le bus 393 et l'ensemble des lignes de bus de ce territoire qui seront en correspondance avec les futures stations. Au total cette ligne concernera 20 000 habitants et 6 000 emplois.

Le trajet sera opéré avec des cabines d'une capacité de 10 passagers (accessibles aux handicapés) en 17 minutes avec une fréquence d'une cabine toutes les 30 secondes. Ce téléphérique pourra transporter entre 6.000 et 14.000 personnes par jour, soit l'équivalent d'une bonne ligne de bus.

Si le projet initial porté depuis 2008 par le Val-de-Marne s'appelle Téléval, dès son lancement il prendra le nom de Cable A. Cable étant le nom générique retenu par le Syndicat des transports d'Île-de-France (STIF) pour la dizaine de projets de téléphériques qui sont aujourd'hui à l'étude sur le territoire francilien.

Si tout se passe comme prévu le projet, dont le coût est estimé à 120 millions d'euros, pourrait entrer en enquête publique en 2018.

Robert Viennet

Pour en savoir plus : www.cable-a-televal.fr