Pour l’instant, le concept s’appelle le ticket universel. Mais d’ici la fin de l’année, il s’agira d’une application – dont le nom sera dévoilé à ce moment-là – permettant d’acheter via son Smartphone des billets de transport et les valider dans tous les réseaux de transport public et privés en France ainsi qu’à l’étranger.
 
 "C’est une véritable révolution", affirme Arnaud Rabier, secrétaire général d’AGIR, l’association pour la gestion indépendante des réseaux de transport public, partenaire de ce projet aux côtés du Gart (groupement des autorités responsables de transport).
 
L’objectif de cette solution est double : éviter aux personnes qui se déplacent d’une ville à l’autre de télécharger les applis des différents réseaux de transport qu’elles envisagent d’emprunter et simplifier la vente. "Nous pensons que d’ici cinq ans ce nouveau canal va s’imposer pour notamment distribuer les titres unitaires".
 
Un portefeuille électronique multiréseaux
 
Concrètement, les billets achetés seront stockés dans un portefeuille électronique qu’il suffira de débiter au fur et à mesure des déplacements. Leur validation s’effectuera par QR code ou en appuyant sur l’icône matérialisant le billet dématérialisé.
 
Pour les têtes en l’air qui oublieraient de valider leur titre de transport, un système Beacon reposant sur la technologie Bluetooth, sera installé à bord des véhicules. Il permettra de « réveiller » l’appli pour inciter à la validation.  
 
"Actuellement, quelqu’un qui a un ticket papier peut ne pas le valider. Nous pensons que cette appli va limiter la fraude car c’est beaucoup plus simple d’acheter un titre de transport depuis son Smartphone plutôt  que d’être obligé de se rendre à un distributeur, surtout la nuit".
 
Une appli gratuite pour les collectivités
 
Cette application sera proposée gratuitement aux collectivités. "La CATP ne prendra aucune commission sur les ventes de titres. Seules les collectivités qui souhaitent bénéficier de services optionnels et complémentaires  – tels que la vente de carnets, d’abonnements, la géolocalisation des validations, les statistiques de fréquentation – devront s’acquitter d’un abonnement", précise Arnaud Rabier.
 
Les voyageurs paieront le même prix qu’un billet acheté en agence ou sur un distributeur. Seuls les frais bancaires seront à la charge du réseau qui percevra directement les recettes avec la possibilité de les consulter au jour le jour.
 
Le système se veut "ouvert et indépendant" des normes françaises et internationales, ainsi que des opérateurs télécoms et des fournisseurs d’équipements. Il ne nécessitera pas l’achat de logiciel ni de matériel lourd. Tout comme cette application universelle cohabitera avec les systèmes de billettique et les canaux de vente existants.
 
Une cinquantaine de collectivités référencées
 
Le développement de cet outil digital a été confié à la société Airweb, spécialiste des applis grand public et du ticketing sécurisé. Les services complémentaires ont été conçus par UBI Transports, expert en billettique.

"Le Gart voit d’un bon œil cette application qui va favoriser la mobilité. C’est aussi le cas de la Fédération nationale des usagers du transport qui nous a annoncé son soutient le 19 septembre 2016". Pour sa part, le Syndicat des transports d’Ile de France (STIF) a donné son accord pour que soient menées des expérimentations sur son territoire.

"En une semaine, une cinquantaine de collectivités nous ont fait part de leur intérêt pour cette innovation. Nous devrions atteindre rapidement une masse critique intéressante", affirme Arnaud Rabier.
 
Christine Cabiron