Strasbourg a consacré deux décennies à créer puis développer un réseau de six lignes de tram qui, selon ses promoteurs, est le plus fréquenté de France avec 300 000 voyageurs quotidiens.  En parallèle, la municipalité a créé un réseau de 600 kilomètres de pistes cyclables et travaille sur le développement d’un plan piéton. Résultat de cette politique volontariste, la circulation automobile de transit a baissé de 40% entre 1989 et 2014, et la part de la voiture ne cesse de diminuer.

Pour continuer à progresser dans cette voie alors que le développement du réseau de tramway n’est plus d’actualité (même si quelques extensions sont projetées), l’Eurométropole a décidé de consacrer 8 millions d’euros sur les quatre ans à venir pour rendre plus performante ses lignes de bus structurantes et "créer ainsi un nouveau niveau de service entre le tram et le réseau de bus traditionnel."

Première concernée, la ligne 15 qui a connu la plus forte croissance de fréquentation du réseau ces dernières années. Sur son trajet, qui reste inchangé, 25 carrefours seront équipés de priorités au bus et 5 kilomètres de couloirs bus, soit 20% du trajet, seront créés. Par ailleurs, les stations les plus importantes seront équipées de distributeurs de billets et de systèmes d’information voyageurs en temps réel.

L’objectif est de réduire le temps de parcours de 4 à 5 minutes et d’améliorer la régularité de la ligne, rebaptisée "L1" pour atteindre un pourcentage de plus de 80% de bus à l’heure.

Les travaux d’aménagement dureront six mois et devraient s’achever vers mars-avril 2017, date de la mise en service de cette première ligne rénovée.

Robert Viennet