A l’heure du bilan d’Emmanuel Macron à Bercy, c’est sans doute la libéralisation de l’autocar longue distance que les Français retiendront. L’Observatoire des transports et de la mobilité de l’Arafer annone 1,5 million de passagers au second trimestre 2016, soit 46% de plus que les trois premiers mois de l’année. En outre, d’août 2015, date de promulgation de la loi Macron à fin mars 2016, 3,4 millions de passagers ont été transportés.

Si le secteur est déjà en pleine restructuration avec le rachat de Megabus par Flixbus et le rapprochement entre Starshipper et Ouibus, réduisant le nombre d’opérateurs principaux à trois (avec isilines) au lieu de cinq, les autocars Macron poursuivent leur percée : ainsi, l’Arafer a dénombré 895 liaisons commercialisées, soit une hausse de 4% à périmètre constant (1) par rapport au trimestre précédent. 

Le nombre de villes desservies s’élève à 193 (dont 61 nouvelles dessertes). A la fin du 1er trimestre 2016, 150 villes étaient desservies. En revanche, le top 3 des liaisons les plus empruntées ne change pas :
1. Lille-Paris : 96 200 passagers (+10,3% par rapport au T1)
2. Lyon-Paris : 94 000 passagers (+26,2%)
3. Paris-Rouen : 62 400 passagers (+28,4%)

Le chiffre d’affaires total des cinq principaux opérateurs s’élève à 19 M€ HT au 2e trimestre 2016 (40 M€ HT depuis la libéralisation).

L’Arafer publiera le 15 septembre le bilan complet de l’activité réalisée par les autocaristes au cours du 2e trimestre 2016.

Florence Guernalec

 

(1) Il y avait, en réalité, 1105 liaisons commercialisées au second trimestre 2016, l’Observatoire ayant intégré un nouvel opérateur, Migratour, qui à lui seul représente 210 liaisons.
Migratour opère une ligne saisonnière ouverte en avril entre Conques et Le Puy-en-Velay, sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle, desservant de nombreux points d’arrêt intermédiaires.