Après un nouvel épisode de pollution de l'air dû à la canicule en France, la ministre de l'Environnement a pris un arrêté le 26 août 2016 afin de renforcer la gestion des épisodes de pollution. "L’arrêté permet une grande réactivité, notamment en cas d’épisode de pollution persistant à l’ozone", explique le ministère. Ce texte vient modifier le précédent arrêté du 7 avril 2016 relatif au déclenchement des procédures préfectorales en cas d'épisode de pollution de l'air ambiant.

Concrètement, ce nouvel arrêté interministériel permet de :
- déclencher des mesures d’urgence dès le premier jour de prévision d’un dépassement du seuil d’information et de recommandation. Deux jours sont gagnés par rapport au régime applicable au titre de l’arrêté du 26 mars 2014 ;
- étendre aux épisodes de pollution à l’ozone la possibilité de déclencher des mesures d’urgence en cas de dépassement persistant du seuil d’information et de recommandation, comme cela est déjà le cas pour les épisodes de pollution aux particules et au dioxyde d’azote ;
- consulter automatique des élus locaux pour déterminer les mesures d'urgence à adopter.
 
Paris obtient gain de cause

Une décision prise à la demande de la maire de Paris, précise le ministère de l'Environnement. Anne Hidalgo avait jugé le précédent arrêté du 7 avril 2016 "insuffisant". Le nouveau texte répond désormais à
toutes les remarques formulées à l'époque par celle-ci et son adjoint aux Transports, Christophe Najdovski.
 
Dès le 24 août 2016, la Ville de Paris a décidé la gratuité du stationnement résidentiel pour le lendemain. Puis le 26 août, la mairie de Paris a demandé au préfet de police des mesures de contournement de l'Île-de-France pour les poids lourds de transit et une réduction de la vitesse maximale autorisée sur les grands axes.
 
En outre, la mairie de Paris a maintenu les mesures de gratuité -  Vélib', Autolib', stationnement résidentiel", pour le samedi 27 août. Une fois encore, Anne Hidalogo a appelé "tous les Parisiens à adapter leurs comportements, en empruntant prioritairement les réseaux de transport en commun, le covoiturage ou l'utilisation de véhicules peu polluants (électrique, GNL...)"

Florence Guernalec