Vingt euros, c'est le dédommagement qu'obtiendront les clients du passe Navigo les plus touchés par les mouvements sociaux du printemps ou ceux qui ont vu leur ligne de train arrêtée à cause des intempéries. Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France et du Stif, et Alain Krakovitch, directeur général de SNCF-Transilien, ont expliqué ce 12 juillet 2016 les règles à suivre pour être dédommagé.

D'abord, la SNCF a effectué une analyse très précise des lignes les plus touchées par les grèves. Celles où le service minimum (au moins 1/3 d'offre par rapport à un jour normal) n'a pas été appliqué sur tout ou partie de la ligne seront concernées par ce remboursement. Il s'agit des lignes B, D, E, H, P, R, U (entre Versailles et la Verrière) et du tram T4.

"Certaines lignes n'ont été touchées que partiellement par les grèves, mais nous n'avons pas voulu être mesquins, et c'est l'ensemble des clients de la ligne qui seront concernés par ces mesures", a indiqué Alain Krakovitch.

Tous les abonnés, dont le domicile est situé sur une de ces lignes et qui souhaitent être indemnisés, devront se connecter et renseigner leur demande sur un site Internet créé pour l'occasion (www.mondedommagement.transilien.com). Il sera opérationnel du 27 juillet jusqu'au 30 septembre 2016.

Concrètement, les détenteurs de passe Navigo mensuel (actif en mai ou juin) ou annuel, recevront un dédommagement de 20 euros. Les détenteurs d'un forfait imagine R bénéficeront de 10,60 euros et 5 euros pour les forfaits solidarité mois.

Le Stif, pour sa part, dédommagera les usagers des lignes "particulièrement touchées par les inondations, les éboulements et les glissements de terrain", soit les lignes N et C. Le principe de dédommagement comme son niveau seront les mêmes que pour les faits de grève.

Ceux qui habitent Paris et qui travaillent dans une zone desservie par une des lignes concernées par ce dispositif pourront également bénéficier d'un dédommagement.

"Nous devons aux usagers une bonne qualité de service. Quand celle-ci n'est pas au rendez-vous on doit indemniser", a déclaré Valérie Pécresse.

Plus d'1 million de Franciliens sont concernés par ces dédommagements qui devraient coûter, selon les estimations, 12 millions d'euros à la SNCF et 4 millions au Stif.

Robert Viennet