Avec 15 068 véhicules électriques immatriculés au premier semestre 2016, le marché connaît une croissance de près de 50% par rapport à la même période l'année précédente (10 063 immatriculations).
 
 Les aides à l'achat d'un véhicule électrique expliquent le dynamisme de ce marché. "La progression a été particulièrement forte sur les quatre premiers mois de l'année, par contraste avec 2015 où
la prime à la conversion n'était pas encore disponible sur cette période", explique l'Association nationale pour le développement de la mobilité électrique (Avere).
 
Celle-ci avance une autre explication à ces bons chiffres : l'élargissement de l'offre des constructeurs automobiles même si c'est Renault avec son modèle Zoé qui continue à dominer ses concurrents : 6528 immatriculations, 52% de part de marché (-9 points) au premier semestre 2016, et une hausse de 32% des immatriculations. Viennent ensuite, la nouvelle version de la Nissan Leaf (2480 immatriculations), BMW i3 (687) et Peugeot Ion (656).
 
Les hybrides à la peine
 
Inversement, l'achat de véhicules hybrides rechargeables a ralenti au mois d'avril et enregistre même une baisse sur le moins de juin. "Celle-ci résulte du passage de 4000 à 1000 euros du bonus écologique (hors prime à la conversion de 2500 euros contre la remise d'un véhicule diesel immatriculé avant 2006) dont les effets se traduisent sur les livraisons depuis le printemps", explique l'Avere.
 
Néanmoins, sur les six premiers mois de l'année, le marché du véhicule hybride rechargeable progresse de 57% avec 3327 immatriculations contre 2117 en 2015 sur la même période. Pour l'Avere, "l'arrivée prochaine de nouveaux modèles sur ce segment devrait permettre de compenser partiellement les conséquences de la baisse des aides publiques, mais le coût élevé des véhicules devrait demeurer un frein pour beaucoup d'automobilistes".
 
Florence Guernalec




(Source : Avere)