D'un côté les Hauts-de-France, nouveau nom de la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie ; de l'autre, la Bourgogne-Franche-Comté. La première a subi la grève des cheminots, la seconde, a dû en plus subir les intempéries qui ont perturbé le trafic des TER.
 
La SNCF  annonce ainsi que les abonnés TER  de la région Hauts-de-France pourront se faire rembourser 20% du montant de l'abonnement de juin. Cet abattement sera effectif sur le mois de septembre. Ceux qui ont opté pour le prélèvement automatique n'auront pas de démarches à effectuer ; pour les autres, ils ont jusqu'au 30 septembre pour adresser leurs justificatifs.
 
La SNCF indique qu'une campagne via SMS et l'e-mailing a été adressée aux usagers concernés le 4 juillet et qu'un affichage en gares jusqu'au 15 juillet.
 
S'agissant de la région Bourgogne-Franche-Comté, le remboursement s'élèvera à 25% du montant de l'abonnement mensuel. Une "mesure exceptionnelle" dixit la SNCF qui s'applique à l'ensemble des clients TER qui disposent d'un abonnement mensuel ou annuel ainsi qu'aux personnes qui achèteront un nouvel abonnement en septembre. Bref, la SNCF en profite pour tenter d'attirer de nouveaux clients.

L'Île-de-France concernée ?
 
Quid notamment de l'Île-de-France qui a été aussi touchée par les grèves (et les intempéries en raison de la montée des eaux de la Seine) ? Plusieurs associations d'usagers (Fnaut, SaDur, Plus de trains ) avaient, début juin, réclamé à SNCF Transilien un remboursement de 50% du passe Navigo. Le président du conseil départemental de l'Essonne, François Durovray avait formulé une demande similaire qui reste, pour l'instant, lettre morte.

La présidente du Stif, Valérie Pécresse, avait laissé entendre le 8 juin sur BFM TV-RMC qu'elle pourrait demander à la SNCF un remboursement d'une partie du passe Navigo, du moins pour certaines lignes  : "Il me remonte sur plusieurs lignes (...) que le service minimum n'a pas été respecté pendant la grève, que la loi n'a pas été appliquée. (...) Si le service minimum n'a pas été respecté, là où il n'a pas été respecté, je demanderai une compensation financière pour les voyageurs."

Florence Guernalec