A compter de septembre 2016, un bus électrique de 12 mètres circulera sur les lignes 21 et 147 du réseau parisien. Les caractéristiques techniques de ce véhicule, construit par le chinois BYD, seront passées à la loupe pendant six mois.

Pour cela, ce bus sera testé en condition réelle d'exploitation en zone dense et en banlieue. La consommation d'énergie, l'autonomie, les performances de récupération d'énergie, ainsi que le ressenti des voyageurs, des conducteurs et des mainteneurs seront évalués pendant cette expérimentation.

L’opération été concrétisée, le 14 juin 2016, lors du salon européen de la mobilité par la signature d'un partenariat entre Isbrand Ho, directeur général de BYD et Elisabeth Borne, PDG de la RATP.

"La RATP a l'ambition d'être le premier opérateur au monde à exploiter une flotte de véhicule de cette taille", a-t-elle précisé.

Un parc 100% écologique en 2025

En effet, dans le cadre du plan "bus 2025", la régie parisienne prévoit d'opérer un parc 100% écologique à cet horizon. Sur les 4500 bus, actuellement en circulation, 20% disposeront d'une motorisation au biogaz et 80% seront électriques. 

Ce partenariat s'inscrit dans la ligne droite des autres essais menés depuis plusieurs mois avec des véhicules fabriqués par d'autres constructeurs. Compte tenu des accès au réseau électrique, la RATP a retenu comme modèle de référence la charge lente des bus en dépôt pendant la nuit.

Achat de 600 bus par an

Elle prévoit néanmoins de tester d'autres technologies comme la recharge aux terminus, aux points d'arrêt et des systèmes de recharge "opportuniste" lors des passages au dépôt.

Selon Elisabeth Borne, l'expérimentation menée avec le bus de BYD est "essentielle pour adapter notre outil industriel avant de lancer des appels d'offres massifs dés 2017".

Ces marchés représentent le renouvellement de 600 bus par an, sur lesquels BYD a bien évidemment l'intention de se positionner.

Christine Cabiron