"La billettique fait partie avec l’information voyageur des deux leviers qui peuvent favoriser le report modal", explique Etienne Chevreau, directeur marketing  de Thales. Le groupe français a ainsi présenté son dernier valideur embarqué, BV600. Le passager pourra valider son trajet avec sa carte bancaire sans contact (NFC), mais aussi  avec son téléphone portable (open payment via Apple Pay et Google Pay) ou toujours utiliser sa carte de transport traditionnelle. Il est également prévu que ce modèle accepte les QR Codes et le Bluetooth (BLE). 

Bordeaux Métropole a prévu de passer à une billettique "tout sans contact" en 2017 et a choisi la solution de Thales fin 2014 pour une durée de dix ans. Tramways, bus, navettes fluviales, parc relais…. L’ensemble des transports publics de la métropole seront équipés de la nouvelle offre billettique du groupe, TransCity.

L’optimisation des réseaux en tête

Thales développe également des solutions destinées à aider les autorités organisatrices (AO) à optimiser leurs réseaux de transport. Smart mobility data analytics, testée à Hong Kong, est centrée sur le confort passager. La solution consiste à analyser le taux d’occupation des trains et des stations ainsi que le nombre de voyageurs laissés sur le quai à cause d'une trop grande affluence.

"Dans ce cas, les données billettiques ne suffisent pas, explique Etienne Chevreau. Nous avons intégré la modélisation des stations, les horaires de passage précis de chaque train." L’objectif est d’obtenir un résultat simple et visuel qui permette de détecter les points noirs et d’aider l’AO à optimiser la ressource. 

L’outil est encore en expérimentation : une première phase de qualification des données de juin à décembre 2015 a été suivie par une seconde de probation qui s’est achevée voici quelques semaines seulement. Et Etienne Chevreau de conclure : "Mais, nous savons que nous détenons une pépite !"

Florence Guernalec