Le temps de trajet entre Zurich et Milan sera réduit d'une heure et permettra de relier les deux villes en moins de trois heures. Une partie du trafic routier sera détournée vers le rail réduisant ainsi les émissions de CO2. Le nouveau tunnel ferroviaire de Saint-Gothard devrait être emprunté par des milliers de voyageurs et des centaines de trains de marchandises à la cadence de deux trains de voyageurs et six trains de marchandises toutes les heures.
 
Saint-Gothard, du nom du massif rocheux alpin, a été inauguré le 1er juin 2016 en présence de plusieurs chefs d'État européens dont Angela Merkel, Matteo Renzi et François Hollande. L'ouvrage va permettre un transport plus rapide des marchandises et des voyageurs entre le nord et le sud de l'Europe. La traversée du tunnel dure environ 20 minutes, entre Erstfeld (portail nord) et Bodio (portail sud) dans le canton du Tessin. D'une longueur de 57 kilomètres, Saint-Gothard est le plus long tunnel ferroviaire du monde.

Un tunnel de base pour remplacer le tunnel de faîte

Il vise à remplacer sans le supprimer un autre tunnel traversant le Saint-Gothard, appelé "tunnel de faîte", qui a été construit au 19e siècle entre 1872 et 1881, et qui a une longueur de 15 kilomètres. L'entrée nord est à 1.106 mètres d'altitude et la sortie à 1.142, d'où son nom "tunnel de faîte".
Le nouveau tunnel, appelé "de base" car construit à une altitude beaucoup plus basse, sera mis en service à la mi-décembre. Les trains passagers pourront rouler à 250 km/h dans le tunnel et les trains de marchandises, à 160 km/h.
 
Ce chantier a duré 17 ans, en raison des difficultés techniques pour percer les roches du Saint-Gothard, et a coûté 12,2 milliards de francs suisses (10,9 milliards d'euros), entièrement payés par la Suisse. Il aura ensuite encore fallu six ans de travaux pour aménager intérieurement le tunnel, qui se compose de trois tubes côte à côte, reliés par des galeries transversales. Deux tubes sont réservés pour la circulation des trains et un pour l'évacuation des voyageurs en cas d'accident.

Une signalisation signée Thales
 
Le Français Thales, membre du consortium Transtec Gotthard, s'est vu confier le développement, la production, l'installation, l'intégration et l'homologation des systèmes de signalisation ainsi que l'ensemble des procédures d'essai, indique un communiqué du groupe. La technologie de signalisation ETCS développée par Thales va permettre de faire circuler 300 trains par jour. Un marché de 196 millions d'euros pour le groupe français.

Un encouragement pour le projet franco-italien du Lyon-Turin ? Les conditions économiques et politiques de réalisation du tunnel de Saint-Gothard n'ont pas grand chose à voir. D'abord, le projet a été approuvé par la population par votation. Puis son financement a également validé par les électeurs suisses : une redevance poids lourds (33% du coût), une hausse de 0,1 point de TVA ainsi qu’à une taxe de 10 centimes sur le prix de l’essence. Enfin, en Suisse, les deux tiers du fret circulent déjà par train...
 
Florence Guernalec (avec AFP)