Le bonnet d'âne est revenu à Saint-Maur des Fossés (75 000 habitants). La ville située dans le Val-de-Marne a reçu le Clou rouillé décerné, chaque année, par la Fédération française des usagers de la bicyclette (FUB).
 
Une ville naturellement cyclable
 
Il est reproché aux municipalités successives d'avoir toujours donné "une priorité absolue aux voitures, avec notamment un stationnement organisé et généralisé sur les trottoirs" alors que la commune est "par sa géographie et son histoire, naturellement cyclable".
 
Le communiqué de la FUB explique que "la ville refuse d’entendre l’association Place au Vélo à Saint-Maur, qui pourtant propose des solutions simples et réalistes pour rendre la ville cyclable et s’investit dans les animations proposées par la Ville".
 
Plus de blessés qu'ailleurs
 
Résultat, les cyclistes sont contraints d'utiliser les voies principales les plus dangereuses. On compte à Saint-Maur deux fois plus de cyclistes blessés par habitant que dans les autres communes du Val de Marne comparables, selon la FUB.
 
Enfin, la Fédération souligne que "la Ville a refusé la proposition du Stif et du Conseil départemental d’installer des parkings vélos couverts et en nombre suffisant dans les gares RER, fréquentées par 500 cyclistes par jour".
 
Absence de plan vélo à Reims
 
Dans son communiqué, la FUB cite étalement la ville de Reims (180 000 habitants) qui était nominée "pour son manque d’investissement en faveur du développement du vélo : la ville n’a en effet ni plan vélo, ni objectifs chiffrés à court ou long terme et privilégie la voiture au détriment du vélo, engendrant de nombreuses discontinuités cyclables. Le concept de zone 30 est régulièrement détourné pour éviter d’aménager des bandes ou pistes cyclables, même lors de rénovations de voiries".
 
Le modèle Pont-Sainte-Maxence
 
La FUB a décerné son Guidon d’or 2016 à la ville de Pont-Sainte-Maxence (12 000 habitants), située dans le sud de l’Oise. Une récompense justifiée par l'engagement de la Ville depuis 2009 "dans une politique en faveur du partage de la voirie et d’une circulation apaisée bénéficiant aux cyclistes et aux piétons".
 
Grâce à une concertation régulière avec l’association locale AU5V, elle s’est transformée via la mise en place de zones de rencontre, de zones 30 avec des doubles sens cyclables, mais également de nombreux arceaux de stationnement vélo et des sas vélo, explique la FUB dans son communiqué.
 
En 2014, l’observatoire local des mobilités actives, créé par l’AU5V, a évalué son linéaire aménagé pour les vélos à 36%, classant la ville au premier rang du département pour cet indicateur. De plus, Pont-Sainte-Maxence soutient l’atelier de réparation ouvert depuis septembre 2014 par l’association.
 
Enfin, la FUB souligne que "cette politique se poursuit après une alternance politique".

Florence Guernalec