Lors de la Conférence régionale sur l'air, la présidente de la région a présenté avec sa vice-présidente en charge de l'Environnement Chantal Jouanno (UDI) ses principales pistes en matière de lutte contre la pollution de l'air, qui seront évaluées, le 12 avril 2016, par les élus, experts, représentants de l'État, médecins et organismes comme Airparif, lors d'une journée à huis-clos.

Une écotaxe régionale relancée
 
Principale mesure évoquée de ce plan régional d'action pour la qualité de l'air, une écotaxe pour les poids lourds en transit dans la région. "C'est un sujet complexe qui nécessitera une bonne dose de dialogue avec l'État", a reconnu  la présidente de la région Île-de-France.
 
Selon Valérie Pécresse, l'écotaxe est une question de "bon sens", "c'est le  principe du pollueur-payeur". "Tous les chemins mènent à Paris, on voit arriver des poids lourds de toute la France, notre région est une région de traverse. Cela provoque des nids-de-poule, de l'air pollué, une circulation embouteillée, il est normal qu'ils payent le prix de la route", a-t-elle expliqué.
 
Selon elle, cette écotaxe rapporterait entre 100 et 200 millions d'euros par an. Pendant la campagne pour les régionales, "il y avait unanimité des candidats sur cette écotaxe", a-t-elle insisté.

Les transports publics concernés
  
Chantal Jouanno a également évoqué la mise en place d'un fonds "Air-bois", déjà budgété à hauteur d'un million d'euros, pour remplacer les vieilles chaudières à bois, extrêmement polluantes, des "expérimentations" de dépollution de l'air du métro, "le plus pollué" notamment par les particules de freinage, ou la "dé-dieselisation" des véhicules de transports urbains.

La femeture des voies sur berge évaluée
 
Autre proposition, "l'évaluation systématique, à l'échelle régionale, des impacts sur le climat et la pollution de l'air des grands projets ou des grandes décisions", comme par exemple la fermeture des voies sur berges par la mairie de Paris. "Est-ce que ça reporte les bouchons ailleurs, ou est-ce que cela a vraiment un impact positif?", s'est interrogée Chantal Jouanno.
 
"On est dans la même barque. On ne peut pas agir seul", a dit Valérie Pécresse.

Florence Guernalec (d'après AFP)