Du 21 avril au 7 juillet 2016, les habitants du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées sont appelés à s’exprimer sur le développement des trains du quotidien, l’avenir de la grande vitesse, l’évolution du transport régional par autocar, l’essor de l’écomobilité, la prise en compte du fret, l’accessibilité et la tarification.

Parmi les sujets qui seront abordés, figure notamment la question du TER à 1 euro et son éventuel déploiement en Midi-Pyrénées.
 
Cette consultation publique, initiée par la nouvelle majorité élue à la tête du conseil régional, est la concrétisation d’un engagement électoral. "Avant de décider d’une nouvelle politique, il est nécessaire d’écouter la société civile", a indiqué Carole Delga, présidente de cette collectivité territoriale, lors d’une conférence de presse organisée à Baillargues le 25 mars 2016.
 
36 réunions
 
Cette consultation sera placée sous la thématique de l’intermodalité. "Le rééquilibrage des modes constitue une des clés du développement soutenable et durable des transports".
 
Pendant 80 jours, 36 réunions seront organisées dans les préfectures et sous-préfectures de cette région qui compte 13 départements et 6 millions d’habitants. "Les transports sont au cœur de la vie quotidienne et des préoccupations de nos concitoyens. Dans ce cadre, le rail est indispensable aux déplacements, à l’attractivité et à l’équilibre de notre territoire", a-t-elle précisé.
 
"L’histoire nous révèle que les épisodes de prospérité ont été accompagnés ou précédés d’améliorations du système de transport. Ces états généraux sont un temps d’écoute qui vise à construire l’avenir".
 
Questionnaire papier et numérique
 
Pour ceux et celles qui ne pourront pas assister aux réunions publiques, des questionnaires papier seront à leur disposition dans les lycées, gares, maisons de la région. Ils pourront également les trouver sur le site de la Région. "Nous devons être en capacité de toucher un maximum d’usagers quotidiens, mais aussi les occasionnels, comme les non-usagers".
 
Après un temps d’analyse programmé de juillet à septembre, une restitution finale est prévue en septembre 2016.
 
"Celle-ci traduira les attentes exprimées et hiérarchisées dans la négociation pour le renouvellement de la convention d’exploitation du TER qui doit prendre effet le 1er janvier 2017", a précisé Carole Delga.
 
Ne pas opposer les modes
 
Le coût de cette consultation est estimé à environ 500 000 euros, principalement dévolus à la diffusion, à la communication et l’analyse du questionnaire. Pour cela, la Région se fera assister par la Sofres.
 
"En tant qu’autorité organisatrice de la mobilité, nous sommes résolument décidés à écrire une nouvelle page de l’équipement et de l’aménagement du territoire. Ces états généraux vont ouvrir de nouvelles voies et tracer de nouvelles lignes. Ils ne s’arc-bouteront pas sur des visions binaires et passéistes telles que le TER contre la grande vitesse, l’autocar contre BlaBlaCar ou encore la route contre le rail", a conclu la présidente du Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées.
 
Dans cette région, le transport express régional est organisé autour de 20 lignes ferroviaires et 60 lignes d’autocar. Ce réseau de 3 500 kilomètres de voies ferrées fonctionne avec un budget annuel de 400 millions d'euros. Il est emprunté chaque jour par 56 000 voyageurs.
 
Christine Cabiron