Imaginer le métro de 2030 en offrant une mobilité connectée destinée à proposer des trajets plus fluides et agréables. Tel est le défi relevé par les 95 étudiants participants au premier hackathon organisé par Alstom en France les 17 et 18 mars 2016 avec l'École 42. Les candidats ont présenté des prototypes d'applications mobiles, de services, d'objets connectés ou encore d'API (interface de programmation).
 
Le prix du Meilleur projet a été attribué à Lineo. Les développeurs ont imaginé qu’en 2030, les utilisateurs du métro seront en possession de lunettes intelligentes et connectées et pourront ainsi recevoir, grâce à leur application, les données liées au trafic, au taux de remplissage des rames, au réseau… L’opérateur pourrait ainsi récupérer les données liées aux déplacements du voyageur et adapter les flux.
 
Le prix du Meilleur code a été attribué au projet Navoxi, qui permet grâce aux beacons (1) présents dans les couloirs du métro, d’optimiser les déplacements des passagers et d’avoir un guidage lors des échanges en station. Le voyageur pourrait ainsi profiter d’une navigation pas à pas, sans GPS.

Alstom a également remis trois prix Coup de cœur. Le groupe a proposé aux équipes de continuer à développer leurs idées et de venir dans quelques semaines les présenter à nouveau aux membres du jury afin de déterminer s’il est possible de les développer au sein d’un incubateur.
 
Cela concerne les projets Auto Wash qui consisterait à envoyer des robots nettoyer les rames à chaque trajet en bout de ligne ; Save my place qui permettrait aux personnes à mobilité réduite de réserver leur place à l’avance et de les déverrouiller à leur arrivée dans la rame ; Liv’In Travel prévoit de projeter des informations sur les vitres et les murs du métro pendant le trajet.

Une équipe d’experts Alstom était présente pendant le Hackathon pour répondre aux questions des étudiants, stimuler le processus de création et s’assurer de la faisabilité des projets préparés. 

Florence Guernalec
 
 
(1) Emetteurs bluetooth qui notifient leur présence aux smartphones présents dans leur périmètre et déclenchent des actions spécifiques, notamment la géolocalisation