Le deuxième opérateur de stationnement en Île-de-France a décidé d'ouvrir ses données. La Société anonyme d’économie mixte d’exploitation du stationnement de la Ville de Paris (Saemes) a fait appel à OpenDataSoft. Cette dernière a développé une plateforme en ligne conçue pour la transformation rapide et économique de tous types de données en services innovants (APIs, visualisations de données, monitoring en temps réel) sans aucune limite de volumétrie. Saemes, 95 parcs de stationnement à Paris et en Île-de-France (22 600 places) espère, ainsi, bénéficier de l'innovation de start-up pour proposer de nouveaux services utiles à ses clients.

Une fiche détaillée de chaque parking en libre accès
 
Dès mars 2016, les données statiques de Saemes sont en libre accès et peuvent être réutilisées par tous pour générer des cartes, intégrer des applications et permettre à un plus grand nombre d’usagers d’avoir accès à des informations ciblées sur les stationnements et les services de Saemes.
 
Les donnés suivantes sont disponibles sur opendata.saemes.fr : informations générales, coordonnées GPS, services, moyens de paiement, tarifs, horaires, l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite (PMR) ou encore la présence et la localisation des bornes électriques qui pourrait être intégrée dans une appli destinée aux conducteurs de voitures électriques.
 
Les données ouvertes comportent également des informations sur les caractéristiques de chaque parking en termes de développement durable et réduction de l’empreinte carbone (présence de LED, énergie verte 100% renouvelable, tri sélectif, contrôle de la qualité de l’air ...). Enfin, des photographies des parkings figurent parmi les données en libre-accès.

En quête d'outils prédictifs
 
Au deuxième trimestre 2016, Saemes va ouvrir ses données dynamiques grâce à son partenariat avec OpenDataSoft : disponibilité en temps réel des places de parking, avec une différenciation (voitures, motos, PMR et véhicules électriques) pour mieux répondre aux besoins des différents publics.

Saemes espère que des start-up développeront des applications innovantes comme des outils prédictifs permettant d’anticiper les disponibilités ou permettant de favoriser l’intermodalité la plus fluide entre les différents modes de déplacement (transport en commun, covoiturage, vélos en libre-service...).
 
A l'évidence, les opérateurs de parkings ne veulent pas être à la traîne de la "smart mobilité".

Florence Guernalec