La régie n'était pas forcément le credo du conseil général d'Ile-et Vilaine (35), mais les élus bretons ont décidé "d'agiter le chiffon rouge pour stimuler la concurrence lors des appels d'offres, explique Yannick Le Pajolec, responsable du transport interurbain.
En 2005, lors du précédent appel d'offres, on s'était retrouvé avec un groupement momentané d'entreprises constitué de Veolia et Keolis en guise de concurrents. Cette fois, l'objectif était de ne pas retomber dans le même schéma qui est préjudiciable pour la productivité du réseau", ajoute t-il.


Allotissement


Premier changement, le découpage du réseau Illenoo en lots de transport. C'est ce que l'on appelle l'allotissement. Pour la rentrée 2011, quatre lots ont été mis en appel d'offres, et, cette fois, il y avait trois concurrents en lice :  Keolis, la CAT (filiale locale de Veolia) et un groupement de PME locales.

Keolis en a gagné trois (un contrat de 75 millions d'euros sur 8 ans), le quatrième (le lot n°2, de Vitré à Pipriac) a été déclaré sans suite "pour des motifs économiques".
Et c'est la régie départementale fraîchement créée qui devrait remporter le morceau. Réunis en commission permanente, les conseillers généraux rendront leur décision définitive le 21 février.


Décortiquer les prix


"La présence de la régie parmi les concurrents a changé la donne, commente Yannick Le Pajolec, elle nous a permis de mieux décortiquer la constitution des coûts et surtout, de faire baisser les prix de l'exploitant privé", assure le technicien.
Sur deux des quatre lots mis en concurrence, Keolis a fait une offre "raisonnable et réaliste", en dessous des estimations du département. Pour un troisième lot, le prix était identique. Pour le quatrième, il dépassait d'environ 15% les estimations de la collectivité locale.
Les élus ont donc déclaré cet appel d'offres sans suite, et décidé d'attribuer le lot à la régie départementale qui deviendra juridiquement effective au 1er septembre 2011 et deviendra adhérente de l'association Agir qui réunit les réseaux de transport indépendants.

Une régie a minima, en attendant la remise en appel d'offres de tout le réseau Illenoo en 2019. "A cette échéance, l'outil sera rodé et permettra de vraiment stimuler la concurrence", conclut le technicien.
L'objectif n'est pas de passer en régie directe totale comme s'apprêtent à le faire les Pyrenées-Orientales pour la rentrée 2011, mais de roder le nouvel outil de gestion "in house", décrit le représentant du département qui s'est inspiré de l'Orne et de la Haute-Vienne passés tous deux en régie.

L'Ille-et-Vilaine a recruté un ancien dirigeant de chez Keolis pour prendre les commandes de sa régie de transport et va devoir acheter une cinquantaine d'autocars pour assurer le transport du quart sud-est de son territoire.

Nathalie Arensonas