"Parce que les mobilités ne sont pas qu’une question de transport mais un sujet de société, c’est toute la société qu’il faut observer pour innover", déclare François Ascher, fondateur de l'Institut pour la ville en mouvement (IVM) dans le communiqué. L'ITE Vedecom acquiert ainsi l'IVM, fondé par PSA Peugeot Citroën en 2000.

Cette association loi 1901 associe des représentants du monde de l’entreprise à des chercheurs, mêle des universitaires à des acteurs de la vie sociale, culturelle et associative mais aussi à des villes autour de projets réalisés en commun. L'Institut pour la ville en mouvement dispose de bureaux et d'experts en Europe, en Asie et en Amérique.

Le mariage de la technologie et des sciences sociales

La fusion des deux instituts va ainsi permettre à Vedecom "de compléter sa démarche en sciences sociales et humaines, par une meilleure compréhension des modes de vie, des mutations en cours dans les territoires urbains, dans leurs dimensions urbaine, architecturale, sociale et culturelle".
 
"Pour PSA Peugeot-Citroën, c’est l’occasion d’offrir à l’IVM une nouvelle dynamique pour démultiplier son activité, en associant réflexion à long terme et mise en pratique concrète de solutions innovantes et de faire profiter l’ensemble des membres de Vedecom des enseignements issus des travaux de ce nouvel IVM", explique le communiqué.

Un ITE remarqué au salon ITS
 
Créé en 2014, Vedecom compte parmi ses dix membres fondateurs PSA, Renault, Valeo, Safran ou encore l'Université de Versailles Saint-Quentin en Yvelines. L'ITE dispose d'un budget de 300 millions d'euros sur dix ans, dont 54 millions apportés par l'État, autant par les industriels, et 20 millions par le Conseil départemental des Yvelines.
 
Vedecom s'est fait remarquer au dernier salon ITS de Bordeaux par la présentation de quatre démonstrateurs dont un véhicule électrique, autonome et connecté.

Florence Guernalec


En savoir plus sur l'Institut pour la ville en mouvement :