80% des Français prennent seul le volant pour aller travailler et 38% des trajets en Île-de-France se font en voiture. Pour changer les comportements des salariés dans leurs déplacements domicile-travail, trois start-up – ekodev, Cyclez et Hop-Cube – lancent le Défi mobilité durable.

Le principe est simple : il s'agit de proposer aux entreprises et aux collectivés de mobiliser les salariés autour d'un challenge ludique. Par exemple, réaliser l'équivalent du Tour de France à pied ou à vélo ; organiser un défi inter-entreprise autour du covoiturage ; parcourir en transport en commun autant de kilomètres que les coureurs du Vendée Globe, ou encore faire le tour de la terre en équipe...

Des expertises complémentaires
 
ekodev, agence de conseil et services en développement durable, est chargée d'animer et de mobiliser les salariés via des outils de communication et d'animation durant la durée du challenge.
Hop-Cube, éditeur de plateformes collaboratives, permet de collecter, centraliser et diffuser les données comme les kilomètres parcourus selon les modes de déplacement (marche à pied, vélo, covoiturage, transport en commun), l'équivalent CO2, les calories consommées ou encore les économies réalisées (à titre individuel et collectif).
Enfin, Cyclez, spécialiste de la location de vélos à assistance électrique (VAE) longue durée pour les entreprises et collectivités, met à disposition des flottes de vélos clés en main – conseil, location, assurance, assistance, formation, gestion de la flotte et de son entretien.

Une répétition avant les plans de mobilité
 
Une initiative qui compte capitaliser sur la mise en place des plans de mobilité (ex-PDE, plan de déplacement en entreprise) imposés par la loi sur la transition énergétique et la croissance verte. En effet, les entreprises implantées dans le périmètre d'un plan de déplacement urbain et qui comptent plus de 100 salariés sur un même site, ont jusqu'au 1er janvier 2018 pour élaborer un plan de mobilité. L'objectif ? Diminuer les émissions de gaz à effet de serre et les polluants atmosphériques, et réduire la congestion des infrastructures et des moyens de transports.
 
Ce plan comprend notamment un programme d'actions adapté à la situation de l'établissement, un plan de financement et un calendrier de réalisation des actions, et précise les modalités de son suivi et de ses mises à jour. Ce programme d'actions peut notamment comporter des mesures relatives à la promotion des moyens et usages de transports alternatifs à la voiture individuelle, à l'utilisation des transports en commun, au covoiturage et à l'autopartage, à la marche et à l'usage du vélo, mais aussi à l'organisation du travail, au télétravail et à la flexibilité des horaires.

Des incitations à la pratique du vélo et du covoiturage

A cela, s'ajoutent plusieurs mesures en faveur de la pratique du vélo votées également dans la loi sur la transition énergétique. Les entreprises, qui mettent une flotte de vélos à disposition de leurs salariés, bénéficient d'une réduction de l’impôt sur les sociétés à hauteur de 25% du prix d’achat de la flotte de vélos. Figure aussi la création de l'indemnité kilométrique vélo fixée à 25 centimes d'euros le kilomètre.
 
De plus, la loi sur la transition énergétique stipule que les entreprises d'au moins 250 salariés et les collectivités territoriales facilitent, autant qu'il est possible, les solutions de covoiturage pour les déplacements entre le domicile et le lieu de travail de leurs salariés et de leurs agents.

Des précédents récents
 
S'appuyer sur un challenge pour inciter les salariés à modifier leurs comportements de déplacements n'est pas nouveau. Lors de la semaine de mobilité 2015, le Nord-Pas-de-Calais avait enregistré la participation de 130 entreprises rassemblant 55 000 salariés qui étaient incités à aller travailler autrement qu'avec leur véhicule personnel pendant deux jours. Les plus assidus étaient récompensés. La Plaine Saint-Denis a mené une expérience similaire fin 2015. Le défi consistait à travailler en horaires décalés.

Florence Guernalec