Franck Lacroix sera rattaché à Barbara Dalibard, directrice générale SNCF Voyageurs. Il succède à Alain Le Vern, qui avait démissionné au mois d'août 2015.

Pour répondre aux attentes des régions et des clients, le nouveau directeur général TER apportera sa connaissance des relations avec les collectivités locales et son expertise confirmée en matière de délégation de service public (DSP). Il pilotera les 28 000 collaborateurs qui contribuent à transporter chaque jour près d’un million de voyageurs.

Cette nomination s’inscrit dans un contexte de fort changement du fait des récentes réformes qui confient aux nouvelles régions le rôle de chef de file de l’intermodalité et de la complémentarité des modes de transport public, du nouveau découpage territorial et de l’arrivée de nouvelles équipes à la tête des 12 régions métropolitaines partenaires de SNCF.

Agé de 51 ans, Franck Lacroix est diplômé de l’Ecole centrale de Marseille. Il débute sa carrière en 1987 dans le groupe Montenay et intègre Dalkia en 1997 comme Directeur d’exploitation de la région Centre-Est puis, de la région Ile-de-France en 1999.
Successivement Directeur technique et des exploitations de Dalkia à partir de 2001, puis Directeur général de Dalkia France en 2008, il est PDG de Dalkia de 2011 à 2014.
Il rejoint ensuite la direction internationale d’EDF en tant que Directeur Europe après la scission de Dalkia entre Veolia et EDF.

Benoit Quignon, 57 ans, est nommé Directeur Général de SNCF Immobilier à compter du 1er février 2016. Rompu à la fois aux complexités institutionnelles et aux dossiers spécifiques de l’habitat, du logement et du financement de projets urbains, il succède à Sophie Boissard, appelée à rejoindre le groupe Korian en tant que Directrice générale en février 2016.

Diplômé de HEC et ancien élève de l’IEP Paris, il était Directeur Général des Services de la Ville de Lyon et de la Communauté Urbaine de Lyon depuis 2011, poste qu’il a également occupé de 2001 à 2009.

De 2009 à 2011, Benoit Quignon a été Directeur général du groupe Logement Français après avoir occupé le poste de Directeur Général des Services du Conseil général de l’Aisne de 1998 à 2001. De 1986 à 1998, il a travaillé au sein du Groupe Caisse des Dépôts & Consignations comme chef du service de l’Habitat de la Direction régionale puis comme Directeur régional Basse-Normandie et enfin comme Directeur régional Aquitaine.

De 1982 à 1986, il a été Secrétaire général adjoint de la Ville de Chartres après avoir occupé cette même fonction pour la ville de Bouguenais de 1981 à 1982. De 1980 à 1981, il a été assistant parlementaire de M. Autain, député de Loire Atlantique.

Benjamin Raigneau est nommé directeur Management & Qualité sociale et directeur adjoint Cohésion & Ressources humaines Ferroviaire. Il a rejoint Jean-Marc Ambrosini, Directeur général délégué Cohésion et Ressources Humaines, comme directeur adjoint depuis le 4 janvier 2016. Benjamin Raigneau succède à Loïc Hislaire qui devient conseiller auprès de Guillaume Pepy.

Il pilote les questions relatives à la qualité de vie au travail, à la santé et à la sécurité au travail, à la politique managériale et au logement. Il contribue également aux relations sociales du Groupe public ferroviaire dans ces domaines.

Diplômé de l’Institut d’études politiques (IEP) de Rennes et de l'École Nationale d'Administration (ENA), Benjamin Raigneau, 31 ans, a acquit une expertise sur les questions relatives au travail et au dialogue social au sein de plusieurs administrations, de cabinets ministériels et d’entreprises.

De 2009 à 2012, il a occupé le poste de chef de bureau de la durée et des revenus du travail à la Direction générale du travail (DGT) au Ministère du Travail. De 2012 à 2014, il a rejoint le cabinet du Ministre du travail, de l’emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social comme conseiller technique en charge du dialogue social et du droit du travail.
Il a notamment organisé les Grandes conférences sociales annuelles et a suivi toutes les négociations interprofessionnelles ayant donné lieu à la loi sur la sécurisation de l'emploi (2013), loi sur la formation professionnelle (2014), à l'emploi et à la démocratie sociale (2015).

En 2014, il a travaillé au Cabinet du Premier ministre où il a suivi les négociations relatives au Pacte de responsabilité et à la modernisation du dialogue social ainsi que les questions liées aux restructurations, à la pénibilité sur le volet social de la réforme ferroviaire. Il a été ensuite appelé auprès du directeur des Relations sociales du Groupe Safran à l’occasion de la première négociation monde du Groupe sur la qualité de vie au travail.