L'acquisition est faite auprès de CTE et IDC, deux sociétés sud-africaines qui resteront actionnaires. Une fois l'accord finalisé, et dès obtention de l'approbation des autorités antitrust sud-africaines, Alstom détiendra 51% des part de CTLE et lancera le projet d'intégration de l'entreprise afin de renforcer sa structure grâce au développement des compétences locales et au soutien des experts d'Alstom.

Cette intégration permettra d'étendre les activités de CTLE qui sera en mesure de proposer un portefeuille complet incluant l'infrastructure, les solutions de signalisation, les trains et les pièces, ainsi que les services pour mieux répondre aux besoins de transport ferroviaire de l'Afrique australe.


Installée dans la région d’Ekurhuleni à Nigel, à l'est de Johannesburg, CTLE qui emploie 450 personnes et dispose d'une installation de fabrication de 80 000 m2, a généré un chiffre d'affaires de plus de 15 millions d'euros en 2014. Dans son communiqué, Alstom précise que CTLE se conforme aux principes du Black Economic Empowerment (émancipation économique des noirs).


Cette acquisition permet à Alstom de proposer une gamme de produits et de solutions ferroviaires plus large pour mieux répondre aux besoins de transport de la région. De plus, cette opération doit ainsi renforcer la présence d'Alstom dans la région avec la la création d'une base industrielle et commerciale plus solide.

Le groupe français est déjà présent en Afrique du Sud grâce à sa co-entreprise locale Gibela et participe à l'un des projets de transport les plus importants du pays en fournissant 600 trains de banlieue X'Trapolis Mega à la société ferroviaire nationale PRASA (Passenger Rail Agency of South Africa).


Florence Guernalec