"Je voyageais beaucoup et à chaque fois que je me rendais à l'aéroport, je prenais un taxi, parce que le parking coûtait trop cher", explique Ahmed Mhiri, 32 ans, fondateur de TravelerCar. L'idée du service d'autopartage aux aéroports est, ainsi, née fin 2012. La start-up endosse le rôle de tiers de confiance entre le locataire et le vacancier ou le professionnel qui bénéficie du parking gratuit en échange de la location de sa voiture.
 
Une tarification dynamique
 
C'est un marché porteur : 40% des locations de voiture courte durée ont lieu aux aéroports. TravelerCar revendique être au moins 50% moins cher qu'un loueur classique, et fait constamment de la veille sur les prix des autres services d'autopartage comme
Ouicar et Drivy. "Contrairement à nos concurrents, c'est nous qui fixons les tarifs et nous les faisons évoluer afin qu'ils soient toujours intéressants pour nos clients et qu'ils nous permettent d'optimiser les possibilités de location", explique Ahmed Mhiri. Le prix plancher démarre à 10 euros par jour.
 
Côté propriétaire, celui-ci est assuré de ne pas payer le parking même si sa voiture n'est pas louée. Ainsi, il économise, en moyenne, 15 euros par jour, soit plus de 200 euros pour deux semaines. De plus, le propriétaire du véhicule reçoit 7-8 centimes par kilomètre parcouru.
 
Un réseau de partenaires
 
Concrètement, les véhicules loués sont assurés tous risques à la Maif.  Une partie des démarches comme le versement de la caution - entre 500 et 800 euros selon le modèle - se font en ligne pour gagner du temps. Une fois sur place, un agent TravelerCar fait un état des lieux – extérieur et intérieur – du véhicule via une cinquantaine de photos accessibles par le client sur son profil. Outre sa carte d'identité, le propriétaire de la voiture doit fournir la carte grise du véhicule ; le locataire, son permis de conduire.
 
TravelerCar s'appuie sur un réseau de partenaires comme AccorHôtels qui lui permet de bénéficier des emplacements de parking du Best Western d'Orly et de l'Ibis de Roissy, par exemple. 50% des déplacements en avion en France sont au départ de ces deux aéroports. Pour se rendre à son terminal de ces hôtels (et inversement), le trajet  se fait via la navette gratuite de l'hôtel pour Orly, CDG Val pour Roissy.
 
Pour faire connaître son service, Ahmed Mhiri s'appuie notamment sur son partenariat avec Look Voyages et Transat Vacances, deux voyagistes qui proposent, dans leur prestation, le parking gratuit à leurs clients via TravelerCar. "Cela nous apporte de la visibilité et de nouveaux clients", explique-t-il. TravelerCar revendique 30 000 clients (loueurs et locataires confondus) depuis sa création et 40 000 journées de parking gratuites.
 
Un service à la carte
 
Aujourd'hui, TravelerCar est présent dans près de dix aéroports en France dont les trois parisiens (1) et ouvre bientôt Mulhouse, Bâle et en Belgique. A ce marché s'ajoutent le port de Marseille, la gare SNCF d'Aix-en-Provence et le centre-ville de Paris avec un parking dans le XVIIe pour ceux qui veulent louer leur voiture sur une longue période. Ahmed Mhiri lorgne sur d'autres emplacements stratégiques pour augmenter le nombre d'agences sur le territoire.
 
L'offre de TravelerCar s'est également diversifiée et comprend aussi la simple location de places de parking pour les propriétaires qui ne souhaitent pas louer leur voiture ou qui ne peuvent pas (véhicule trop ancien – plus de 13 ans ou plus de 200 000 kilomètres), mais veulent économiser sur le parking à l'aéroport. De plus, TravelerCar propose des services payants pour ceux qui souhaitent en profiter pour faire la révision de leur voiture ou passer le contrôle technique, par exemple. Une offre large et souple qui doit permettre à la start-up de se différencier de ses concurrents comme
Tripndrive.
 
Florence Guernalec

 
(1) Le service TravelerCar est présent aux aéroports d'Orly, Roissy, Beauvais, Lyon, Marseille, Nice, Bordeaux, Nantes, Toulouse.