"En 2009 et 2010, le secteur des transports publics a été touché par la crise, et le trafic a accusé une baisse. En 2011 l'enjeu est de faire progresser la mobilité", a observé Cyrille Du Peloux lors de la cérémonie des vœux de l'Union des transports publics et ferroviaires (UTP), le 13 janvier à Paris.

Pour son président (par ailleurs dg de Veolia Transport), les demandes des Français, évalués au travers de l'observatoire de la mobilité, sont claires : "Ils réclament plus de fréquences, plus de rapidité et plus de ponctualité".

Mais comment "faire plus avec moins de moyens", puisque le contexte budgétaire de 2011 n'est guère réjouissant ? "En réfléchissant à nouveau, en liaison avec le Gart (les élus du transport ndlr), sur l'adaptation de notre modèle économique et contractuel", a proposé Cyrille du Peloux.
Dans beaucoup de réseaux, 2011 sera une année "d'arbitrages et de choix drastiques". Un thème qui sera au centre des Rencontres nationales du transport public qui se dérouleront à Strasbourg en octobre 2011 (consulter l'agenda).

Autre enjeu important pour l'UTP en 2011, la poursuite de l'élargissement de la profession à l'ensemble des acteurs de la mobilité : "Nous étions des opérateurs de transport public stricto sensu, nous ont maintenant rejoint des opérateurs ferroviaires de fret, et bientôt de voyageurs, des partenaires du secteur du stationnement, de l'information voyageurs et des opérateurs telecom".

Robert Viennet (Transport Public)