A Montpellier, la transition énergique a débuté en 2000. Du moins dans les transports en commun où la collectivité a décidé à cette date de "sortir" ses bus du diesel au profit du gaz naturel pour véhicules (GNV).
 
Cette décision politique s'achèvera en décembre 2015 avec la livraison de douze Urbanway fabriqués par IvecoBus. Un investissement qui se chiffre à plus de 4 millions d'euros.
 
Ainsi, l'ensemble des 126 bus opérés par les Transports de Montpellier Méditerranée Métropole (TaM) rouleront au GNV. "Ces véhicules sont moins bruyants, rejettent moins de particules fines, moins d'odeurs et moins de CO² que les bus fonctionnant au diesel", indique-t-on au sein de la collectivité.
 
TaM, une société d'économie mixte adossée au groupe Transdev, réalise chaque jour 300 000 voyages. L'opérateur gère quatre lignes de tramway, 36 lignes de bus, 52 stations Vélomagg, 19 véloparc et 17 parkings relais.
 
Christine Cabiron