C'est presque gagné pour RATP Dev en Toscane. Mais tout est dans le "presque". Ratp Dev – déjà bien implantée en Italie où elle exploite notamment le tramway de Florence – candidatait à l'exploitation de l'ensemble des bus de la région Toscane, soit au total 2900 bus opérés jusque-là par une quinzaine de transporteurs locaux.

Ce contrat d'une durée de 11 ans est évalué à 2,77 milliards d'euros sur la période, auxquels s'ajoutent les recettes tarifaires, soit un chiffre d'affaires total de 4 milliards d'euros. A l'origine, la durée du contrat devait être de 9 ans mais elle a été rallongée de deux ans supplémentaires compte tenu de l'important investissement que devra réaliser l'opérateur pour renouveler près de 80% du parc d'autobus.

Des deux candidats en finale, Fornella, nom de l'entreprise créée par RATP dev et Mobit, un consortium regroupant quelques-uns des 14 opérateurs actuels dont BusItalia, une filiale de la SNCF italienne Ferrovie dello Stato (FS), c'est l'offre de l'entreprise française qui a été retenue par la commission d'appel d'offres. Légèrement en dessous techniquement, elle a été jugée meilleure au plan économique. 

Reste que tout n'est pas encore gagné. Comme l'a précisé Vincenzo Ceccarelli, l'élu en charge des transports de la région, il reste encore aux autorités à vérifier la conformité technique des offres. Une dernière étape qui pourrait prendre plusieurs semaines.

Il est à craindre également pour RATP Dev, si elle passe cette dernière étape, un recours juridique de la part de son concurrent malheureux qui critique l'attribution d'un tel marché à la filiale d'un groupe public français et qui met en avant le risque de perte d'emplois. Une crainte qui n'a pas lieu d'être à d'avance répondu Vincenzo Ceccarelli. "La préservation du niveau d'emploi était un des objectifs de la région", a-t-il déclaré en expliquant que la région avait débloqué un budget de 81,5 millions d'euros pour aider à la reconversion éventuelle de certains salariés.

Robert Viennet