Surfant sur la vague du covoiturage, la start-up OuiHop’ propose, depuis le 13 octobre 2015, l’application mobile éponyme fondée sur le principe de "l’auto-stop connecté". "Nous avons développé cette application avec une vision orientée transports en commun. Contrairement aux autres services de covoiturage, OuiHop’ ne met pas simplement en relation des conducteurs et des passagers. L’application affiche tous les itinéraires des conducteurs disponibles à un instant T, à proximité du passager. Cela constitue autant de lignes de transport éphémères parmi lesquelles le passager peut choisir celle qui lui correspond le mieux, comme il le ferait avec une ligne de transport public", explique Franck Rougeau, co-fondateur de OuiHop'.

Concrètement, l’application permet aux conducteurs d’indiquer l’itinéraire qu’il va emprunter sur Google Maps. De son côté, le passager voit s’afficher les différents itinéraires aux alentours avec des informations sur le véhicule et sur le conducteur. Si le passager souhaite covoiturer, il envoie une notification au conducteur, qui peut accepter ou non de le prendre sur son parcours. L’ensemble du service fonctionne en temps réel grâce aux fonctions de géolocalisation du smartphone.

Pas de partage de frais

Toujours selon le principe de l’auto-stop, l’application ne prévoit aucune compensation financière entre les deux participants. "Mais nous proposons d’autres avantages pour motiver les conducteurs", poursuit Franck Rougeau. Lorsqu’un conducteur partage un itinéraire dans l’application, il gagne des points, même s’il ne prend personne en covoiturage. Ces points lui permettent de participer à une loterie mensuelle pour gagner six mois d’essence gratuit via un partenariat avec les stations BP.

Parallèlement, le service intègre une monnaie virtuelle distribuée en partageant des itinéraires et surtout en prenant des passagers. Cette monnaie permet d’acheter des produits sur un kiosque en ligne proposé avec des partenaires, comme des bons d’essence BP, des révisions chez Speedy ou des des produits d’assurance avec Groupama.

Enfin, côté passager l’accès au service est facturé 2 euros par mois. "Cet abonnement est la base de notre business model, il nous permet de faire fonctionner le service", explique Franck Rougeau.

Un service dédié aux trajets courte distance

Avec un système sans transactions financières, OuiHop’ ne cible pas les trajets longue distance dont le partage de frais est la principale motivation. Le service est dédié aux trajets courts, principalement en milieu périurbain, de banlieue à banlieue. Et sans surprise, l’Île-de-France est le premier secteur ciblé par OuiHop’.

"Nous commençons par faire de la promotion de l’application en Île-de-France, puis Toulouse, Lyon et d’autres villes. Cela dit, notre service peut être utilisé partout en France, et même à l’international, car l’application est disponible en Français comme en Anglais", conclut Franck Rougeau. OuiHop’est disponible sur plateformes iPhone et Android. Elle sera déclinée sur Windows Phone d’ici la fin de l’année.

Christophe Guillemin