Nous avions dévoilé les grandes lignes de ces deux contrats dans un précédent article. Le conseil d'administration de la SNCF l'avait approuvé le 24 septembre 2015 et la RATP le fera le 9 octobre. Contrairement aux précédents contrats qui avaient été signés avec quelques mois de retard (au printemps 2012 lors qu'ils entraient en vigueur au 1er janvier) et après un long bras de fer entre la SNCF et le Stif, ceux-ci l'ont été dans les temps et semble-t-il sans ralerie. La date butoir des régionales y a aussi sans doute aidé  Dans un document de quatre pages, la SNCF se félicite de "cette ambition renouvelée pour la satisfaction des voyageurs".

"C'est le plus gros contrat financier pour SNCF avec 12 milliards d’euros engagés sur les quatre prochaines années (1) et un accord ambitieux, que ce soit pour les investissements, comme pour les nouveaux services, à destination des franciliens. Les huit mois de réunions et rencontres ont été fructueux, et c’est un contrat gagnant-gagnant, pour les voyageurs, qui est aujourd’hui scellé", s'est félicité Alain Krakovitch, directeur général de SNCF Transilien.

Ce que l'on peut en retenir, c'est l'énorme effort d'investissement qui sera réalisé durant cette période sur les transports franciliens. Si l'on ajoute à la contribution du Stif, celle des deux opérateurs et des autres contributeurs (l'état et les collectivités locales), on atteint le chiffre de 12 milliards d'investissements en quatre ans (8,5 sur le réseau RATP et 3,8 sur Transilien), soit 3 milliards de plus qu'entre 2012 et 2015. Ceci hors Grand Paris Express.

Robert Viennet