"J'ai décidé d'utiliser le code 40 du code de procédure pénale : je vais saisir le procureur de la République pour tromperie et mise en danger de la vie d'autrui", a déclaré Pierre Serne, lors du premier meeting de campagne de la candidate EELV Emmanuelle Cosse, rapporte l'AFP.

"Cet article oblige un élu à dénoncer au procureur de la République tout délit dont il a connaissance : je suis élu, donc au courant de ce problème chez Volkswagen [de contrôles anti-pollution volontairement falsifiés, ndlr] et on le soupçonne chez tous les constructeurs", a-t-il dit ensuite à des journalistes. Il a annoncé qu'il entreprendrait cette démarche "cette semaine ou la semaine prochaine".

"Au prochain conseil d'administration du Stif le 7 octobre, on va demander à ce que tous les bus diesel du réseau francilien soient expertisés pour vérifier leurs performances en termes d'émission", a poursuivi celui qui est aussi vice-président de l'autorité organisatrice des transports franciliens.

Les doutes de Pierre Serne

"Les bus Iveco, Man, Mercedes, ont été achetés [récemment comme les diesel de nouvelle génération, ndlr] sur la base de certifications, et là il y a suspicion d'une même tromperie", a ajouté M. Serne. "On avait déjà beaucoup de doutes sur les tests des bus", a-t-il dit.

Une déclaration qui a immédiatement fait réagir le principal constructeur de bus de l'hexagone, Iveco. "Conçus à Vénissieux dans son centre de recherche et produits dans son usine d’Annonay, [nos] autocars et autobus Euro VI ne disposent d’aucun système ou logiciel truquant les résultats de dépollution exigés par la norme européenne en vigueur et sont conformes à cette dernière", explique le constructeur dans un communiqué. 

Iveco regrette la "confusion" qui est faites entre le monde automobile et celui du transport public : "Le système de dépollution Euro VI des véhicules produits par Iveco France, fonctionne de la même manière, que le moteur soit testé sur banc ou utilisé en exploitation dans un véhicule."

Des bus testés durant toute leur vie

Pour enfoncer un peu plus le clou, Iveco rappelle que la norme européenne Euro VI à laquelle sont soumis les bus "prévoit une surveillance des émissions polluantes durant un certain nombre d’années d’utilisation." A contrario, les automobiles ne sont testées que sur banc moteur et aucun suivi n'est fait durant la durée de vie des véhicules comme le dénoncent régulièrement l'UTP et le Gart.

Enfin Iveco précise : "en exploitation, un système OBD (diagnostic embarqué) peut mettre le moteur Euro VI en mode "faible puissance" automatiquement si les émissions dépassent les niveaux requis par la réglementation en vigueur." 

La démarche de Pierre Serne, actuellement en campagne électorale pour les régionales, et l'amalgame qui est fait avec la tricherie avérée de Volkswagen "émeut" Iveco dont les équipes "se tiennent à la disposition des Ministères compétents pour dissiper cette confusion malvenue et ces suspicions infondées et offensantes quant au respect des normes en vigueur par ses autobus produits en France".

De quoi animer les débats des Rencontres nationales du transport public qui s'ouvrent à Lyon demain 30 septembre. Pierre Serne participera à une table ronde sur la fraude et Iveco y aura un stand comme beaucoup d'autres constructeurs de bus.

Robert Viennet